Actualité
The Witcher3 Wild Hunt Game of the Year Edition head

The Witcher : l'auteur est « un arrogant fils de p*te » selon Dmitry Glukhovsky (Metro 2033)

par
Source: Waypoint

Les deux auteurs de The Witcher et Metro 2033 n'ont pas du tout le même avis sur les adaptations vidéoludiques de leurs romans.

Souvenez-vous, le mois dernier, Andrzej Sapkowski, romancier polonais à l'origine de la série Le Sorceleur avouait avoir refusé un contrat avec CD Projekt. Même s'il reconnaît n'avoir rien du tout contre les joueurs et les jeux vidéo en général, l'auteur affirme que la saga The Witcher n'a pas aidé les ventes de ses romans et que c'est lui qui a servi à rendre les jeux populaires

The Witcher 3 Wild Hunt Blood and Wine image screenshot 1 The Witcher 3 Wild Hunt Blood and Wine image screenshot 4 The Witcher 3 Wild Hunt Blood and Wine image screenshot 7

Lors d'un entretien accordé à WaypointDmitry Glukhovsky, auteur russe de Metro 2033, a déclaré n'avoir pas du tout le même avis que son confrère, et n'hésite pas à sortir des termes pas très lyriques pour le qualifier :

Je pense qu'il a totalement tord, et que c'est un arrogant fils de p*te.

Sans la franchise des jeux vidéo, la série The Witcher n'aurait jamais eu cet engouement international complètement fou. Et ce n'est pas seulement grâce aux joueurs, mais aussi à la presse spécialisée et le buzz qu'il a créé, avec ce sentiment de quelque chose de grand, massif et impressionnant. C'est cela qui a accroché les joueurs. Sans cela, il serait resté un phénomène local en Europe de l'Est, mais il n'aurait jamais percé à l'Ouest. Et c'est la même chose pour mes livres Metro.

Metro: Redux

19,94€ sur Amazon* * Prix initial de vente : 19,94€.

Dmitry Glukhovsky dévoile ainsi que c'est un ami d'Andrei Proharov, directeur créatif chez 4A Games, qui a fait découvrir le roman au développeur, avant que celui-ci envisage d'en faire un jeu vidéo. Dès lors, le romancier russe a créé sa propre histoire, en marge des jeux de 4A Games, et il affirme surtout que « c'était une super opportunité de promouvoir la licence », en roman comme en jeu vidéo.

Deux générations s'affrontent (Dmitry Glukhovsky n'a que 37 ans, Andrzej Sapkowski bientôt 69 ans), mais il faut reconnaître que l'auteur de Metro 2033 n'a pas tort. Qui aurait lu un roman de la saga Le Sorceleur s'il n'y avait pas eu les fantastiques jeux vidéo de CD Projekt ? Pas grand monde.


redacteur vignette clint008 Amaury M. (Clint008)
Rédacteur PC - Testeur
Explorateur de musique plus ou moins bruyante, collectionneur de casquettes et vénérateur de Blade Runner. J'aime les zombies et Cthulhu.
Suivre ce rédacteur : Twitter GamgerGen Instagram GamerGen vignette bouton

Commenter 14 commentaires

Avatar de l’utilisateur
unshoot1kill
l'auteur affirme que la saga The Witcher n'a pas aidé les ventes de ses romans et que c'est lui qui a servi à rendre les jeux populaires.


C'est completement l'inverse mais c'est pas grave, on l'excuse :mrgreen:
Signaler Citer
Shad Maturi
Autant, j'ai beaucoup de respect pour l'auteur de Metro, autant, je ne suis pas tout à fait d'accord avec lui sur la percée de The Witcher, bien que je lui admette une part de vérité. Le truc, c'est que la série de Metro a percé grâce au jeu, parce que les livres étaient écrits en symbiose avec le jeu vidéo. Le processus créatif des jeux Metro et des livres étaient pleinement liés, ce qui fait qu'à mon sens, les deux médias se sont complétés. D'un coté, le jeu Metro s'est bien vendu grâce au bouquin et inversement, le bouquin s'est bien vendu grâce aux jeux. Mais pour Sorceleur, c'est différent, parce que les livres ont été écrits avant la sortie du jeu vidéo et la saga jouissait déjà d'une petite notoriété à l'extérieur de l'Europe de l'Ouest. Cependant, il est vrai qu'aujourd'hui, si son livre marche autant, le coup de pub du jeu The Witcher n'y est clairement pas étranger, mais Sorceleur jouissait réellement d'une petite notoriété à l'extérieur de ses frontières originelles à la base. Le jeu n'a fait que renfoncer cet aspect. Par contre, je pense que si Dmitri Glukhovsky s'est autant pris la tête avec l'auteur de Sorceleur, c'est principalement parce que cet homme est effectivement à coté des réalités actuelles, non seulement en critiquant à tort le média du jeu vidéo et en montant sur ses grands chevaux au sujet de ce dit média au point de faire preuve d'une réelle arrogance qui n'était clairement pas justifiée. Néanmoins, pour renforcer un peu la défense d'Andrzej Sapkowski, non seulement, on ne peut pas lui reprocher qu'il est d'une génération plus ancienne que la notre, donc il s'est malheureusement construit avec les préjugés et les raccourcis d'idées douteux liés aux mœurs de l'époque qui ont suivi, mais en plus de ça, il faut admettre que contrairement à Dmitri Glukhovsky, ce n'est pas en écrivant un livre en parallèle à un jeu qu'il a réellement bâti la réputation de son livre, mais c'est bien la réputation de son livre qui a ensuite permis la création du jeu The Witcher. Bref, tout ça pour dire que j'ai beau grandement apprécier l'oeuvre de ce cher Dmitri et sa vision actuelle de l'art et de la narration, il n'empêche que je trouve ça vraiment très vache et très mal placé de traiter Andrzej de fils de "la plage" alors que Dmitri a réellement bâti la réputation de son livre grâce au coup de pub du jeu au point d'avoir eu la chance de le créer en parallèle de ce dernier, avec coup de pub du studio et de l'éditeur en prime au moment de la sortie de chacun de ses livres. Bref, Andrzej a beau être à coté des réalités et avoir un aspect arrogant des plus détestables, ce n'est pas à mon sens une raison suffisante pour l'insulter et pour oser comparer le succès de Metro à celui de Sorceleur, car leurs deux succès n'ont rien d'aussi similaire que ne le prétend Dmitri. Bref, une déclaration bien triste et sordide de la part d'un auteur réellement talentueux qui ne fait que conforter d'avantage ceux qui ne comprennent pas l'évolution des médias actuels à raison...
Signaler Citer