Test
foul play

TEST - Foul Play mérite-t-il un rappel ?

par

Foul Play : Le Baron monte sur les planches.

TAP TAP TAP ! Le public se calme, les lumières se tamisent et le rideau s'écarte pour laisser place au Baron Dashforth, tranquillement installé sur son fauteuil. Comme Père Castor prêt à raconter ses histoires, il se lance alors dans le récit de ses chasses aux démons qui l'ont amené à parcourir le monde. Le Baron se lève, le décor change, M. Scampwick le rejoint alors et l'aventure peut démarrer... même si l'histoire en question a peut-être été légèrement enjolivée à force de représentations.

Une quête personnelle qui l'emmènera aux portes de l'enfer.

foul-play-screenshot- (6)Au fil des actes, l'histoire prend forme et se veut ressembler à une véritable tragicomédie. Plus qu'une simple chasse aux démons maléfiques, c'est finalement en partie ses démons à lui auxquels le Baron et son acolyte seront confrontés, l'amenant à poursuivre une quête personnelle qui l'emmènera aux portes de l'enfer (oui, TRÈS légèrement enjolivée disions-nous). Malheureusement, il manque ce petit côté piquant qui fait qu'un joueur se sent réellement immergé dans son intrigue et se place finalement plus dans le rôle du spectateur que dans celui du héros. Le petit quelque chose qui fait qu'à la fin d'un niveau, il est inévitable de lancer le suivant sous peine de ne pas en dormir la nuit. La pièce tarde à en venir au but, pour une conclusion brouillon et sans saveur... Un plat non répugnant qui se laisse manger en somme, mais quelques épices auraient été bienvenues.

Dans son style cartoon, largement accessible même aux plus jeunes, malgré les horribles monstres qui parsèment le chemin de notre héros moustachu (non, il n'est pas plombier celui-ci), Foul Play est très beau, lisse, et avec des décors qui fourmillent de détails. En cela, malgré son aspect très enfantin, il transpire le désir de plaire aux plus grands. Les endroits sont variés, et le joueur en finit par oublier que finalement, il ne s'agit que d'une planche en carton posée derrière la scène. Car oui, l'action se passe réellement dans un théâtre, avec un public qui vit au rythme de nos actions, qui retient son souffle dans les moments difficiles et qui hurle de plaisir lorsque les coups s'enchaînent encore et encore pour rosser ce malotru qui a osé entraver notre chemin ! Mention spéciale pour les méchants déguisés qui font régulièrement esquisser un sourire, sans même parler des nombreuses références. De quoi rapidement oublier les quelques bugs de textures qui peuvent parfois apparaître ici ou là et qui seront sûrement corrigés au fil des mises à jour.

foul-play-screenshot- (4)Si l'action est prenante au point d'oublier que nous sommes en train de jouer une pièce, les entre-scènes viennent nous le rappeler avec humour. Le technicien, par exemple, est souvent visible dans un coin de l'écran, pour souffler une réplique à un ennemi ou pour remettre un élément du décor à sa place. Quant aux "cadavres" des vaincus, ils sortent de la scène à quatre pattes pour ne pas gêner la représentation. Une pointe d'humour très bien trouvée et qui rajoute beaucoup au titre.

La bande-son porte également le jeu grâce à une musique adéquate et des cris de foule encourageants, mais qui ne viennent pas couvrir le reste pour autant. Il ne s'agit certainement pas d'une BO qui restera dans la tête de tous comme un Tetris ou un Mario, mais elle fait ce qu'on lui demande, à savoir agrémenter l'expérience tout en restant discrète. Le choix de ne pas doubler les personnages en revanche pourrait sembler préjudiciable, mais au final, les quelques marmonnements des protagonistes font l'affaire durant la lecture des dialogues.

foul-play

Commenter 2 commentaires

Anonymous
11/20 c'est sévère. Perso j'adore le jeu. Il ne vaut pas Castle Crashers au niveau de son univers, mais le gameplay est tout aussi jouissif. Par contre, le mode coop est limité à deux joueurs... dommage !
Signaler Citer