Test
foul play

TEST - Foul Play mérite-t-il un rappel ?

par

Foul Play : Le Baron monte sur les planches.

L'aspect théâtral colle parfaitement au style beat'em'all, chaque combat représentant une scène, chaque niveau un acte et chaque zone une pièce différence. Le menu permet ainsi d'accéder à chaque acte pour le jouer ou le rejouer afin d'obtenir le meilleur score.

La prise en mains se veut très instinctive.

foul-play-screenshot- (1)Car oui, c'est avant tout une question de score. Le but est d'exploser le "mood-o-meter" qui représente l'humour du public en réalisant les combos les plus impressionnants qui soient. Pour cela, le joueur possède au début du jeu un panel assez restreint de coups, à savoir la frappe standard, la projection, la parade et l'esquive. De ce côté, la prise en mains se veut très instinctive, reprenant les codes de la plupart des beat'em'all. Au fil de l'histoire, le Baron Dashforth gagne en compétences et apprend de nouveaux tours qui lui permettent d'affronter des ennemis plus coriaces en nombre conséquent. À la fin, les possibilités sont tellement nombreuses qu'il en devient facile d'oublier l'existence de certains coups ou de se mélanger les pinceaux.

Fort heureusement, le système est loin d'être punitif. TRÈS loin ! Le jeu avance presque tout seul et il apparaît quasi nécessaire de le faire exprès pour voir ce qu'il se passe lorsque le public est mécontent (spoil : il faut recommencer). Foul Play est simple... trop simple ! Arriver à la fin du jeu ne sera un challenge pour personne et la nécessité d'obtenir les cinq étoiles grâce à un bon score ou de remporter les trois défis de chaque niveau n'est que très légèrement mise en avant. En effet, le premier n'apportera que la satisfaction de terminer un niveau à 100 % et le second offrira un "grigri" permettant d'apporter des bonus in-game, comme un bonus de combo lors d'un contre. Ils sont cependant plus qu'optionnels. Pour les moins adroits qui rencontreraient tout de même des difficultés, le "clou du spectacle", à déclencher après avoir rempli la jauge à grand renfort de combos, permet de faire monter le mood-o-meter plus rapidement et ainsi s'assurer que la pièce continue dans la joie et la bonne humeur.

Le gameplay a beau être facile d'accès, il n'en arrive pas moins de perdre son personnage de vue lors de certaines scènes comportant beaucoup d'ennemis. L'action devient alors rapidement brouillonne. Par ailleurs, il n'est pas toujours évident d'évaluer la profondeur de la scène et donc l'emplacement exact des ennemis, ce qui entraîne une frustration certaine lorsque cela casse un combo déjà bien avancé.

Pour ceux qui n'aiment pas jouer seul, le mode coop permet de réaliser toute l'aventure à deux, à l'instar de Double Dragon, de quoi passer un bon moment entre amis, ou même avec un parfait inconnu en ligne.

foul-play-screenshot- (7)

Commenter 2 commentaires

Anonymous
11/20 c'est sévère. Perso j'adore le jeu. Il ne vaut pas Castle Crashers au niveau de son univers, mais le gameplay est tout aussi jouissif. Par contre, le mode coop est limité à deux joueurs... dommage !
Signaler Citer