Test L'univers du Gamer (cinéma, salons, ..)
2301686

CRITIQUE de La Reine des Neiges 2, une suite fidèle à l’original

par

Le Disney de cette fin d’année mise sur une valeur sûre, puisqu’il s’agit de La Reine des Neiges 2. Reste à savoir si cette suite mise sur la facilité ou tente de réinventer la franchise. Voici notre avis surgelé.

Décongélation de la suite

À moins d’avoir vécu dans une grotte de glace ces six dernières années, impossible d’être passé à côté de La Reine des Neiges. Ce long-métrage Disney sorti en 2013 (oui, déjà) est devenu un carton mondial, non seulement grâce à sa chanson phare Let it Go, mais aussi parce que le long-métrage a su casser les codes du « film de princesse », pourtant formaté par Disney il y a des décennies. Dans celui-ci, Elsa, la fameuse reine malgré elle, possède des pouvoirs magiques qui l’isolent des autres. Et ce n’est pas un prince charmant qui la sauve, mais sa propre sœur, mettant ainsi au second plan les personnages masculins. Une petite révolution notamment poursuivie en 2016 avec Vaiana.

L’histoire d’Elsa n’est pas terminée, et celle d’Anna ne fait finalement que commencer : les enjeux du film sont placés.

La Reine des Neiges [Blu-ray]
12,61 € sur Amazon* * Prix initial de vente : 12,61€.

Le succès colossal de La Reine des Neiges est assurément ce qui a motivé Disney à sortir un deuxième volet en grande pompe, à savoir en salles et en fin d’année. Les suites des Disney ont longtemps été cantonnées au direct-to-video, mais La Reine des Neiges est une franchise bien trop importante pour être écartée du grand écran. Et c’est sous le nom très sobre de La Reine des Neiges 2 que cette nouvelle aventure arrive dans les cinémas français le 20 novembre prochain.

Dans cette suite directe, Elsa règne désormais sur Arendelle, et la populace a connaissance de ses pouvoirs magiques sans que cela pose le moindre souci. Anna est toujours avec Kristoff, qui cherche le bon moment pour lui demander sa main, et Sven et Olaf sont bien évidemment de la partie. Tout ce petit monde semble avoir la belle vie. Mais malgré le bonheur retrouvé, Elsa ne se sent pas à sa place, et ressent l’appel d’un étrange esprit… C’est en suivant sa trace qu’elle déchaîne les éléments et met Arendelle en danger. Pour régler le problème, le groupe part en quête de réponses dans une forêt figée par une malédiction.

Le même, mais en mieux ?

NSA6TXKAMQZDMD4TQVPWWGN55YIl est assez troublant de constater que La Reine des Neiges 2 reprend, en tout cas au début, une structure extrêmement similaire à celle du premier volet : Anna est l’insouciante, et Elsa celle qui a du mal à gérer sa vie d’une manière conventionnelle. En réalité, ce choix est plutôt intéressant puisqu’il met parfaitement en avant le fait que l’intrigue du premier film n’a pas tout réglé. L’histoire d’Elsa n’est pas terminée, et celle d’Anna ne fait finalement que commencer : les enjeux sont placés.

Cette trame est également plus creusée et mène plusieurs intrigues parallèles, qui finissent par se rejoindre au moment opportun. Elle parvient à mener le spectateur dans une direction plutôt inattendue, et parvient parfaitement à varier les émotions : l’humour est bien plus présent que dans le premier épisode, et ce second opus parvient même, à plusieurs reprises, à tourner en dérision son succès. Mais l’histoire sait aussi se faire plus sombre quand il le faut ; même s’il ne fait aucun doute que tout va s’arranger à la fin. Le plaisir est bel et bien là, et il est difficile de ne pas se laisser entraîner dans cette magie que les artistes de Disney maîtrisent parfaitement.

Une prouesse technologique et artistique

4300475Au-delà du scénario et de sa mise en scène, La Reine des Neiges 2 éblouit également par sa conception technologique : l’eau, omniprésente sous bien des formes, est d’un réalisme absolument incroyable. À tel point que certains plans donnent l’impression d’être face à des prises de vue réelles. Il n’en est évidemment rien, et c’est l’un des points les plus époustouflants du métrage, qui sublime la nature en images de synthèse. Le travail réalisé sur la lumière est également fascinant. Tout cela montre que Disney ne fait pas que raconter des histoires : le studio continue de développer ses outils et son savoir-faire pour proposer une immersion exceptionnelle, qui repousse sans cesse les limites du réalisable.

Enfin, un mot sur la musique : au cas où vous en douteriez, il y a encore toute une flopée de chansons dans La Reine des Neiges 2. Kristen Anderson-Lopez et Robert Lopez, le couple à l’origine des mélopées du premier volet, ont remis le couvert et livrent une nouvelle demi-douzaine de titres. Mais si nous trouvons toujours une énergie qui n’est pas sans rappeler les créations de Broadway écrites par le couple, difficile de percevoir dans ces compositions un successeur digne de Let it Go (Libérée, délivrée par chez nous)… mais ce n’est peut-être pas un mal, à bien y réfléchir !

La Reine Des Neiges 2 images

Si vous avez aimé La Reine des Neiges, il y a peu de risques que vous n’aimiez pas cette suite, qui reste tout à fait fidèle à l’esprit de l’œuvre originale et parvient à conclure d’une manière bien plus définitive l’histoire des deux sœurs. Espérons qu’après cette suite réussie, Disney se décide à passer à autre chose, et de ne pas épuiser cette poule aux œufs glacés qui mérite bien une belle conclusion.

Note : 5 étoiles sur 5

Commenter 0 commentaire

Soyez le premier à commenter ce contenu !