Actualité Films
Halloween 2020 Cinema Dossier Vignette

CINEMA : HALLOWEEN 2020, 31 films d'horreur pour frissonner

par

Vous êtes à la recherche d'un film d'épouvante à visionner pour Halloween ? Voici quelques immanquables.

Halloween, c'est l'occasion de se déguiser, de manger des bonbons et surtout de se faire peur. Pour ça, le monde du jeu vidéo ne manque pas de titres horrifiques, nous y reviendrons très prochainement, mais aujourd'hui, GAMERGEN.COM vous propose une sélection de 31 films d'horreur parfaits pour se mettre dans l'ambiance. L'histoire du cinéma est déjà riche, les longs-métrages horrifiques ne manquent pas, alors bien évidemment, certains films manquent inévitablement à l'appel, n'hésitez pas à mentionner vos œuvres préférées dans les commentaires.

Halloween 2020 Cinema Dossier Montage

Attention, il est souvent ici question d'horreur, mais aussi de gore, quelques images d'illustration peuvent possiblement choquer. Mais rassurez-vous, tout cela n'est que du cinéma ! Maintenant que cela est précisé, voici une sélection de 31 films, sagas ou franchises d'horreur pour frissonner le 31 octobre.

Halloween 2020 Halloween Carpenter

Impossible de parler d'Halloween sans mentionner, eh bien, Halloween, traduit en La Nuit des masques en France, un film d'horreur réalisé par John Carpenter et qui a lancé la vague des slashers movies, où un tueur inarrêtable découpe plusieurs victimes au fil du long-métrage. Halloween est culte grâce à la prestation de Jamie Lee Curtis (Laurie Strodes) et surtout grâce au terrifiant tueur, surnommé The Shape (La Forme), un immense homme masqué et armé d'un couteau. 40 ans plus tard, le film n'a pas vieilli, des suites pas vraiment au même niveau ont vu le jour, Rob Zombie a tenté des reboot plutôt réussis, et une autre suite est sortie en 2018, Halloween, qui vaut vraiment le détour en attendant Halloween Kills et Halloween Ends.

Halloween 2020 Exorciste

Rien de plus terrifiant que des films inspirés de faits réels. En 1949, deux prêtres exorcisent la jeune Regan McNeil, possédée par un démon, une histoire qui inspire le romancier William Peter Blatty pour écrire L'Exorciste, adapté au cinéma en 1973. Ici, Max von Sydow incarne le père Merrin, appelé afin d'exorciser Regan, possédée par le démon Pazuzu. Un film terrifiant, avec des effets spéciaux qui font froid dans le dos, des scènes-chocs (la descente dans l'escalier en a traumatisé plus d'un) et des répliques fleuries, le démon n'ayant pas sa langue dans sa poche. Si L'Exorciste 2 : L'Hérétique n'est pas à la hauteur, l'auteur William Blatty s'est placé derrière la caméra pour réaliser L'Exorciste, la suite (The Exorcist III: Legion), qui vaut le détour pour un jump scare totalement terrifiant, l'un des meilleurs du genre.

Halloween 2020 Alien

Après le succès de Les Duellistes, Ridley Scott se lance dans la réalisation d'Alien, le huitième passager, un film d'horreur révolutionnaire, écrit par Dan O'Bannon. Le film se déroule dans le Nostromo, un vaisseau spatial cargo qui reçoit un appel de détresse. L'équipe se rend sur place, découvre un étrange vaisseau abandonné qui comprend des œufs extraterrestres, une créature agrippe le visage d'un membre de l'équipe, qui le ramène dans le Nostromo. La suite, vous la connaissez sans doute, une créature naît dans son ventre, lui explose le torse, et grandi en un impressionnant Xenomorphe, qui décime l'équipage. Le personnage principal est incarné par Sigourney Weaver, qui devient une star, des suites plus ou moins bien sont lancées, et Ridley Scott est revenu derrière la caméra pour Prometheus et Alien: Covenant, préquelles du premier film expliquant la naissance de l'Alien. Et pour le coup, dans votre salon, il est possible de vous entendre crier.

Halloween 2020 Massacre à la Tronçonneuse Texas

Si La Nuit des masques est souvent considéré, avec Black Christmas, comme le premier slasher movie, c'est bien Massacre à la Tronçonneuse de Tobe Hooper qui a posé les bases du genre. L'action se déroule au fin fond du Texas, sous un soleil de plomb, alors qu'un groupe d'amis rencontre une famille complètement folle, dont leur fils qui se recouvre le visage de peaux de cadavres pour massacrer ses victimes à la tronçonneuse, inspiré d'Ed Grein, un vrai tueur en série et profanateur de sépultures. Un film-choc pour l'époque, et même encore aujourd'hui, ultra gore, sans concessions et qui montre de manière frontale des morts violentes. Même encore aujourd'hui, il inspire réalisateurs et réalisatrices.

Halloween 2020 Grave

Parmi ces metteurs en scène marqués par la tronçonneuse texane se trouve Julia Ducourneau, réalisatrice française qui a défrayé la chronique en 2016 avec Grave, un film de genre qui met en scène la jeune Justine, 16 ans, en première année d'école de vétérinaire. Fervente végétarienne, comme le reste de sa famille, elle goûte malgré elle de la viande et se découvre un intérêt pour la chair humaine. Complètement accro, la jeune cannibale va loin pour assouvir ses pulsions, la réalisatrice mélangeant habilement les codes des films sociaux avec une photographie soignée et sanglante. Un film dérangeant, à ne pas mettre devant tous les yeux, mais qui nous rappelle que la France sait faire d'excellents films horrifiques lorsque les producteurs vont dans le sens des réalisateurs.

Halloween 2020 Nuit des Morts Vivants

Si la figure du zombie est aussi populaire, que ce soit dans les films ou les jeux vidéo, c'est grâce à George A. Romero, qui a réalisé en 1968 un petit film indépendant tourné avec un budget de 114 000 $ (une broutille), désormais culte. L'histoire est simple, les morts sortent de terre, un groupe d'hommes et femmes se retrouvent barricadés dans une maison, le climat est tendu, et le réalisateur en profite pour glisser des messages politiques, avec notamment une dénonciation du racisme. Un carton dans le milieu des midnight movies, le film est rapidement diffusé de manière nationale toutes les heures, et Romero devient le papa des zombies au cinéma. La Nuit des morts-vivants s'inscrit dans une trilogie, avec Zombie : Le Crépuscule des morts-vivants puis Le Jour des morts-vivants, voire dans la saga des zombies, avec en plus Le Territoire des morts, Chronique des morts-vivants et Le Vestige des morts-vivants. De quoi passer une journée entière sous le signe de la chair en putréfaction, et si vous trouvez que les premiers films ont pris de l'âge, vous pouvez vous tourner vers l'excellent L'Armée des morts-vivants de Zack Snyder, remake du second volet, mais avec un scénario un peu différent.

Halloween 2020 28 Jours plus tard

Toujours dans le thème des zombies, Danny Boyle a frappé un grand coup il y a maintenant 18 ans avec 28 Jours plus tard, qui se passe donc un mois après une catastrophe qui a transformé la population en morts-vivants. Jim (Cillian Murphy) se réveille d'un coma et découvre Londres ravagée, et tente de survivre comme il peut. Contrairement aux films de Romero, 28 Jours plus tard met en scène des zombies nerveux et rapides, pouvant courir pour attraper leurs victimes, de quoi renforcer la tension tout au long du long-métrage. Le film est indissociable de sa suite, 28 Semaines plus tard, réalisé cette fois par Juan Carlos Fresnadillo, avec un Robert Carlyle en grande forme, même si le film est légèrement en dessous du premier volet.

  • Le Silence des agneaux (The Silence of the Lambs, Jonathan Demme, 1991, la trilogie est à 20 € sur Amazon.fr)

Halloween 2020 Silence des Agneaux

Davantage un thriller qu'un véritable film d'horreur, Le Silence des agneaux a quand même de quoi terrifier n'importe quel spectateur. Basé sur le roman de Thomas Harris, nous suivons Clarice Starling, jeune enquêtrice du FBI traquant un tueur en série. Ses meurtres sont similaires à ceux perpétues par Hannibal Lecteur, tueur cannibale emprisonné et interrogé par Clarice afin de comprendre les motifs du serial killer en liberté. Un thriller psychologique porté par Jodie Foster et Anthony Hopkins, plus terrifiant que jamais, qui a remporté pas moins de cinq Oscars. D'autres films ont vu le jour, basés sur les autres romans de Harris.

  • Le Projet Blair Witch (The Blair Witch Project, Daniel Myrick et Eduardo Sanchez, 1999, à 10,02 € sur Amazon.fr)

Halloween 2020 Blair Witch

À la fin des années 90, Internet débarque petit à petit, et avec lui une nouvelle manière de faire la promotion de films. De jeunes réalisateurs annoncent ainsi la disparition d'un groupe de personnes dans une forêt hantée par la sorcière de Blair, seules des cassettes vidéo ont été retrouvées. Les spectateurs découvrent alors en salles Le Projet Blair Witch, un faux documentaire sur cette forêt et ses légendes, avec un final terrifiant et glaçant. Le genre du found footage n'a lui rien de neuf, avec la sortie des années avant lui de Punishment Park de Peter Watkins en 1971, qui parle d'un camp d’entraînement où des militaires traquent et assassinent des prisonniers, ou encore Cannibal Holocaust de Ruggero Deodato en 1980, où des explorateurs se font capturer par une tribu amazonienne. Mais Le Projet Blair Witch lance une vraie mode, les forums balbutiants sur Internet parlant du film comme d'un vrai documentaire, même s'il faudra attendre 2008 pour découvrir [REC°] et Cloverfield en salles, puis les Paranormal Activity à partir de l'année suivante. Aujourd'hui, le genre a presque totalement disparu des cinémas, mais Le Projet Blair Witch, et [REC°], restent des œuvres parfaites pour un soir de Halloween.

Halloween 2020 Event Horizon

Avant de devenir l'homme à abattre par tous les fans de Resident Evil et Alien vs. Predator pour ses adaptations foireuses, Paul W. S. Anderson a mis en lumière Jude Law dans Shopping, a fait n'importe quoi avec Mortal Kombat, puis a réalisé l'un des films d'horreur dans l'espace les plus sombres, Event Horizon, le vaisseau de l'au-delà. Avec au casting Sam Neill, Laurence Fishburne et Jason Isaacs, le film nous emmène dans l'Event Horizon, un vaisseau qui avait été envoyé aux confins de l'univers grâce à un réacteur gravitationnel générant un trou noir, mais son premier voyage s'est mal passé, le navire n'a plus donné signe de vie depuis sept ans. Jusqu'au jour où il réapparaît sur les radars, sans équipage. Que s'est-il passé ? Eh bien, il suffit de lancer le film pour vivre un vrai voyage au-delà de la galaxie, avec une véritable descente aux Enfers pour l'équipage, et des séquences très violentes à ne pas mettre devant tous les yeux. D'ailleurs, l'unique version disponible est censurée, des plans orgiaques et sanglants ont été supprimés du montage, et perdus depuis...

Halloween 2020 The Thing

Eh oui, le Maître de l'Horreur est évidemment plusieurs fois présent dans cette liste, la filmographie de Big John est impressionnante, mais The Thing sort du lot, grâce à son ambiance glaciale et ses effets spéciaux créés par Bob Rotin. Le film met en scène une équipe d'une station de recherche en Antarctique qui se retrouve bloquée avec une entité extraterrestre capable de prendre l'apparence de n'importe quel être vivant, son but étant de rejoindre le continent pour exterminer le monde. Un thriller horrifique en semi-huis clos porté par Kurt Russell, avec une créature terrifiante, des séquences intenses et qui s'inscrivent surtout dans la Trilogie de l'Apocalypse. Prince des Ténèbres (Prince of Darkness) et son atmosphère poisseuse dans une église où une équipe de scientifiques tentent d'empêcher la venue Diable sur Terre lui emboîte le pas, suivi de L'Antre de la Folie (In the Mouth of Darkness), avec Sam Neill qui ne fait plus la différence entre les romans écrits par un certain Sutter Cane et la réalité, avec pour le coup des décors infernaux et des jump scares maîtrisés. Le thème commun est la fin du monde inéluctable, façon Lovecraft, mais les histoires sont totalement indépendantes.

Halloween 2020 Dents de la Mer Jaws

Voici sans doute l'origine de la squalophobie de plusieurs générations, Les Dents de la mer de Steven Spielberg. L'histoire est simple, un requin sème la terreur sur une île touristique, le chef de la police, accompagné d'un scientifique et d'un pêcheur aguerri partent en mer pour le traquer. Même si le grand requin blanc se fait discret tout au long du film (la faute à une maquette robotique dysfonctionnant), sa présence suggérée renforce la tension et, lorsqu'il montre les dents, c'est pour mieux terrifier le spectateur et ses victimes, avec un plus gros bateau ou pas. Fort de son succès, Les Dents de la mer a connu trois suites, la qualité va decrescendo, il y a mieux à regarder.

  • Ça (Stephen King's It & It, Tommy Lee Wallace & Andrés Muschietti, 1990 & 2017, les récents films sont à 20,39 € sur Amazon.fr)

Halloween 2020 It Ça

Autre phobie accentuée par le cinéma, la coulrophobie, soit la peur des clowns. En 1986, Stephen King publie Ça, qui suit une bande d'enfants traumatisés par un clown tueur et surnaturel. Après l'avoir affronté une première fois, et effacé de leurs mémoires, le Club des Losers retourne dans la ville de Derry de longues années plus tard afin de l'éliminer une bonne fois pour toutes. D'abord adapté en téléfilm en deux parties en 1990 par Tommy Lee Wallace avec un Tim Curry qui cabotine comme un fou (mais pas autant que dans The Rocky Horror Picture Show), pour un résultat qui ne fait en fait pas très peur si vous êtes adulte, Ça est revenu 27 ans plus tard, comme dans le roman, avec deux films réalisés par Andrés Muschietti, et c'est Bill Skarsgård qui incarne ici un Grippe-Sou plus violent que jamais. Un film évidemment indissociable de sa suite directe, Ça : Chapitre 2, sortie l'année dernière, mais si le premier volet arrivait à poser une ambiance pesante et inquiétante, le second use un peu trop de jump scares faciles pour tenter de surprendre le spectateur, en vain.

Halloween 2020 Videodrome

Si David Cronenberg réalise maintenant des films plutôt accessibles, le Canadien s'est surtout fait un nom dans le genre du body horror, qui consiste à déformer le corps de manière horrifique et dérangeante. Sa filmographie est riche de ces longs-métrages étranges, de La Mouche à Scanners en passant par Crimes of the Future, Le Festin Nu ou encore ExitenZ (qui traite de jeu vidéo d'ailleurs), Vidéodrome reste sans doute le plus réussi dans ce style. Critique de la télévision des années 70 et 80, le film n'est pas avare en scènes chocs et dérangeantes, suivant la descente aux Enfers de Max, directeur d'une chaîne de TV spécialisée dans le gore et la pornographie qui met la main sur un snuff movie brésilien, et qui y voit là l'avenir de sa chaîne.

Halloween 2020 Evil Dead

Avant de devenir le réalisateur des Spider-Man dans les années 2000, Sam Raimi s'est fait un nom dans le domaine de l'horreur, et a débuté sa carrière au début des années 80 avec Evil Dead, film horrifique avec Bruce Campbell qui nous emmène dans une vielle cabane dans les bois, alors qu'un groupe d'amis réveille des esprits maléfiques en lisant à haute voix des passages du Livre des Morts, fortement inspiré du Necronomicon. Un film d'horreur efficace, bien que très classique désormais, et qui a eu droit à une sorte de reboot en 1987, Evil Dead 2 (Evil Dead 2: Dead by Dawn), toujours réalisé par Sam Raimi, mais qui est ici une comédie horrifique complètement folle, et encore plus sanglante. Evil Dead 3 : L'Armée des Ténèbres (Evil Dead III: Army of Darkness) pousse le délire encore plus loin en emmenant Ash, le héros, au Moyen-Âge, et Fede Alvarez a proposé en 2013 un vrai remake du premier film, 100 % horreur cette fois, très cliché dans sa manière de montrer les jump scares, mais avec une photographie soignée.

Halloween 2020 Braindead

Avant de nous emmener dans la Terre du Milieu, Peter Jackson s'est amusé en Nouvelle-Zélande à réaliser des films à petit budget un peu barrés, et son chef d'œuvre est sans doute Braindead, hybride parfait entre l'horreur et la comédie, où un singe-rat contamine la mère du héros, se transformant alors en zombie. Un film ultra gore, avec des effets spéciaux plutôt réussis (dont un bébé zombie horrible) et surtout une scène finale avec une tondeuse à gazon, qui ne tond pas que l'herbe. Une vraie comédie horrifique sanglante, où l'hémoglobine coule à flots, même si le scénario et le jeu d'acteur ne volent pas haut.

Halloween 2020 Vendredi 13

Si Halloween a lancé la mode des slashers, Vendredi 13 l'a ancrée dans la culture populaire en y rajoutant certains codes. Vous les connaissez, il s'agit d'une bande de jeunes adultes loin de tout (ici un camp de vacances avant l'accueil des enfants) qui se font traquer par un tueur masqué armé d'une machette, avec constamment des allusions au sexe, les victimes étant ceux ayant déjà commis le péché de la chair, et les survivants sont généralement vierges. Un film culte qui a donné des suites très moyennes, des remakes tout aussi passables, mais le personnage de Jason Voorheese est connu de tous. Un film déconstruit avec brio par The Final Girls en 2015, qui vaut lui aussi le détour.

Halloween 2020 It Follows

Dans la veine des vieux slashers, David Robert Mitchell a voulu apporter un vrai coup de fraîcheur avec It Follows, souvent cité comme l'un des meilleurs films d'horreur récents. Le titre met en scène une jeune femme qui vient de vivre sa première relation sexuelle, et qui se fait traquer par une entité mystérieuse prenant la forme d'une personne avançant très lentement vers elle. Seul moyen de se débarrasser de cette malédiction, coucher avec une autre personne pour lui refiler le démon, pas cool. Avec son ambiance posée, ses séquences stressantes et la bande originale de Disasterpeace (fortement inspirée des pistes de John Carpenter), le film séduit.

Halloween 2020 Hellraiser

Avant tout un romancier qui excelle dans le domaine de l'horreur, Clive Baker aime aussi se mettre derrière la caméra pour adapter ses livres, et c'est ce qu'il a fait en 1987 avec Hellraiser : Le Pacte, mettant en scène des Cénobites, des monstres humanoïdes venus des Enfers, vêtus de cuir et affublés d'engins de torture en tout genre sur le corps, menés par Pinhead, à la tête recouverte de clous. Le nom passe mieux en anglais qu'en français... Un film d'horreur dans le pur sens du terme, avec des effets spéciaux dérangeants, et surtout des créatures cauchemardesques. La suite direct, Hellraiser 2 : Les Écorchés (Hellbound: Hellraiser II) pousse le vice encore plus loin en nous emmenant dans la tanière des Cénobites, une introduction à l'énorme univers étendu de la franchise, très bien décrit dans une vidéo d'Alt236. D'autres suites ont vu le jour, mais elles sont plutôt décevantes malgré des looks de Cénobites parfois recherchés, et le casting de Hellraiser: Hellworld avec Lance Henriksen, Katheryn Winnick et Henry Cavill a de quoi faire lever un sourcil d'étonnement.

Halloween 2020 Suspiria

Le cinéma italien est riche, et Dario Argento est sans doute le meilleur représentant du giallo, un sous-genre de l'horreur et du suspense qui mélange le mystère et les scènes-chocs sanglantes. Son chef d'oeuvre est probable Suspiria, qui nous emmène dans une école de danse, théâtre d'assassinats violents. Un mal rôde dans ce lieu à l'esthétique baroque et labyrinthique, le travail sur les couleurs est soigné, et même si le rythme est lent, c'est pour renforcer l'intensité de scènes brutales. Le film s'inscrit dans la Trilogie des Enfers, avec Inferno et La Troisième Mère, mais comme pour la Trilogie de l'Apocalypse de Carpenter, les scénarios sont totalement indépendants.

Halloween 2020 Psychose

Alfred Hitchcock est un maître de l'horreur, réalisateur de nombreux films à suspense, et le plus célèbre d'entre eux est sans doute Psychose, qui a terrifié des millions de spectateurs en 1960. Nous y suivons Marion Crane, qui vient se réfugier dans un motel tenu par Norman Bates, un voyeur plutôt perturbé. La scène sous la douche est mythique, de par sa réalisation et son montage, sublimée par les violons stridents dirigés par Bernard Herrmann. Aujourd'hui, Psychose a un peu pris de l'âge (mais pas trop non plus), il est cependant de ces films à voir au moins une fois tant il est culte, et fait parti de la culture populaire, pas seulement horrifique. Chose intéressante, Gus Van Sant a décidé en 1998 de réaliser un remake de Psychose, mais plan par plan, faisant de son film une copie en couleur à l'intérêt très limité, même si l'exercice filmique est intéressant.

Halloween 2020 Freddy Les Griffes de la Nuit

Autre franchise de slashers ultra connue avec Halloween et Vendredi 13, celle créée par Wes Craven avec Freddy Krueger. Ce dernier s'invite dans les rêves des enfants de Elm Street pour les tuer, afin de se venger de ce qu'on fait leur parent. Impossible de fermer l’œil sans voir le croque-mitaine apparaître dans son sommeil, autant dire que le film trotte dans un coin de la tête lorsqu'il est l'heure d'aller se coucher. Là encore, des suites à la qualité très variable ont vu le jour par la suite, avec même un cross-over Freddy contre Jason, tueur masqué des Vendredi 13.

Halloween 2020 Scream

Rares sont les réalisateurs ayant assez de recul sur leurs films pour les faire évoluer, et pourtant, en 1996, Wes Craven sort Scream, un slasher qui reprend tous les codes du genre pour les détourner avec brio, les films d'horreur cultes étant régulièrement cités dans le long-métrage. Le synopsis est classique, un tueur masqué avec un long couteau assassine de jeunes adultes, mais les références aux autres slashers sont légion, Wes Craven joue avec le spectateur, et s'il est fan du genre, Scream est un vrai régal, avec un twist final intelligent, avec son lot de morts inventives. Trois suites ont vu le jour, l'effet de surprise est moindre, mais les films restent très corrects, en attendant le cinquième film l'année prochaine.

Halloween 2020 Invasion des Profanateurs

Adapté du roman de Jack Finney de 1955, L'Invasion des profanateurs de sépultures de Don Siegel a pris de l'âge, ce qui n'est pas le cas d'une autre adaptation, datant de 1978 cette fois, et au titre français traduit correctement cette fois. L'histoire, ce sont des extraterrestres qui prennent l'apparence d'humains après les avoir tués afin de contrôler la Terre, un groupe de personne tente de s'y opposer, mais ces créatures sont déjà bien installées. Avec son casting cinq étoiles (Donald Sutherland, Leonard Nimoy, Veronica Cartwright, Jeff Goldblum), le film reste terrifiant par son propos, certains effets spéciaux (le chien-homme !) et par son ultime plan... buccal. D'autres adaptations ont vu le jour par la suite, dont Invasion avec Daniel Craig et Nicole Kidman, mais le résultat final est moins marquant.

Halloween 2020 Ring

Le Japon a un certain savoir-faire en matière de films d'horreur, le folklore nippon est riche de légendes effrayantes, et Ring a su l'utiliser avec succès. Il n'y a pas si longtemps, il fallait regarder ses vidéos sur des VHS, et dans Ring, il est question d'une cassette maudite qui tue tous ceux la regardant après sept jours. Le personnage de Sadako est culte, la scène où la jeune femme sort de la télévision fait toujours son effet, même si les technologies cathodique et VHS ont complètement disparu aujourd'hui. Une suite tout aussi efficace est sortie en 2005, mais avant cela, Gore Verbinski a réalisé un remake très intelligent en 2002, Le Cercle, mélangeant les cultures américaines et japonaises pour un résultat très plaisant, et évidemment horrifique.

Halloween 2020 Dernier Train pour Busan

Toujours du côté de l'Asie, mais en Corée du Sud cette fois, Yeon Sang-ho a frappé fort en 2016 avec Dernier Train pour Busan, suite du film d'animation Seoul Station où un groupe de voyageurs se retrouve coincé dans un train alors que des hordes de zombies déciment le reste du pays. Un film haletant et violent, avec des séquences folles et une écriture juste, n'oubliant pas quelques critiques sociales. Ici, les morts-vivants sont rapides et agressifs, comme dans 28 Jours plus tard, de quoi donner lieu à des scènes intenses et faisant de Dernier Train pour Busan l'un des meilleurs films de zombies de ces dernières années. Une suite est sortie cette année, Peninsula, mais les retours sont bien moins élogieux, dommage.

Halloween 2020 Midsommar

En 2018, Ari Aster décide de révolutionner l'horreur au cinéma avec Hérédité, porté par une Terri Collette effrayante, qui montre que même avec la lumière allumée, l'effroi peut fonctionner. Mais le bon Ari a fait encore mieux dès l'année suivante avec Midsommar, se déroulant dans un village reculé de Suède célébrant le solstice d'été. L'action se déroule donc de jour, en plein air, sous un ciel bleu, mais c'est pour mieux frapper le spectateur lors de scènes-chocs complètement folles, avec une ambiance oppressante au possible, bien loin des jump scares habituels. En deux films, Ari Aster montre son savoir-faire en matière d'horreur.

  • La Cabane dans les Bois (The Cabin in the Woods, Drew Goddard, 2012, disponible sur Amazon Prime Video)

Halloween 2020 Cabane dans les Bois

Tout comme Scream et The Final Girls, La Cabane dans les Bois s'amuse à détourner les films d'horreur cultes pour mieux surprendre le spectateur. Pour le coup, il vaut mieux se lancer tête baissée dans ce long-métrage sans trop se renseigner sur le scénario, bourré de surprises. Mais si vous avez déjà vu la plupart des films cités ci-dessus, il est clair que vous prendrez un joli plaisir à découvrir cette satire intelligente, qui n'est pas avare en monstres et hémoglobine, et coécrite par Joss Whedon (Buffy contre les Vampires, Firefly, Avengers).

  • Nosferatu le vampire (Nosferatu, eine Symphonie des Grauens, Friedrich Wilhelm Murnau, 1922, à 15 € sur Amazon.fr)

Halloween 2020 Nosferatu

Nous avons ici parlé de films relativement récents, par rapport à l'histoire du 7e Art, mais l'horreur a débuté dans les années 1910 grâce au cinéma expressionniste allemand, porté par de grands noms comme Paul Wegener (Le Golem), Robert Wiene (Le Cabinet du docteur Caligari) Paul Leni (L'Homme qui rit, source d'inspiration du Joker), Fritz Lang et donc Friedrich Wilhelm Murnau, réalisateur de Nosferatu le vampire, film d'horreur inspiré du roman Dracula de Bram Stoker, mais sans les droits d'adaptation. Un long-métrage en noir et blanc muet porté par un Max Schreck effrayant en comte Orlok, vivant en Transylvanie et désirant s'installer en ville. Le film a pris de l'âge, évidemment, mais reste à voir pour tout cinéphile et amateur d'horreur, notamment pour sa photographie très travaillée. Si vous en voulez encore, vous pouvez vous tourner vers Nosferatu, fantôme de la nuit, remake de 1979 réalisé par Werner Herzog, ainsi que vers L'Ombre du vampire d’E. Elias Merhige avec Willem Dafoe, Udo Kier et John Malkovich, qui romance le tournage du film avec un Max Schreck en vrai vampire.

  • Begotten ( E. Elias Merhige, 1991)

Halloween 2020 Begotten

En parlant d’E. Elias Merhige, le réalisateur américain a accouché en 1991 de Begotten, qui n'est pas vraiment un film d'horreur à proprement parler, mais une œuvre expérimentale avant-gardiste particulièrement dérangeante. Intégralement en noir et blanc, sans aucun dialogue pendant 78 minutes, le film enchaîne les références culturelles, mythologiques et religieuses pour un trip visuel et sonore, avec une image sale et une atmosphère dérangeante. Des passages du film ont été utilisés par un internaute pour accompagner le titre Sterile Nails and Thunderbowels de Silencer. Quand le Black Metal dépressif (DSBM) rencontre l'horreur visuelle, le résultat est plus que réussi.

Halloween 2020 Shining

S'il ne fallait retenir qu'un seul film d'horreur, lequel serait-ce ? Eh bien, sans doute Shining, réalisé par Stanley Kubrick en 1980 et adapté du roman éponyme de Stephen King, même si le romancier a vivement critiqué le film à sa sortie. L'histoire met en scène Jack Torrence, écrivain chargé d'entretenir l'Overlook Hotel, isolé de tout en hiver. Avec sa femme Wendy et son fils Danny, ils passent donc tout une saison dans cet hôtel bâti sur un ancien cimetière indien, déjà théâtre d'un drame familial sanglant. Rapidement, Jack commence à perdre la tête, tandis que Danny est spectateur de visions horrifiques à cause de son pouvoir, le shining. Un film terrifiant, à l'ambiance lourde, portée par des acteurs très en forme (Jack Nicholson, Shelley Duvall), et avec des séquences cultes, comme la vision des jumelles, la séquence de la machine à écrire et bien sûr le final dans le labyrinthique. Un monument de l'horreur au cinéma, qui a connu une suite récemment, Doctor Sleep, où Danny (incarné par Ewan McGregor) est devenu adulte et doit affronter un groupuscule s'en prenant aux porteurs du shining. Une suite appréciée par Stephen King, mais un peu moins par les cinéphiles.

Halloween 2020 Cinema Dossier Vignette

Avec ces 31 films d'horreur, vous devriez avoir de quoi faire pour vous occuper en cette soirée d’Halloween. Bien évidemment, les longs-métrages horrifiques sont nombreux, impossible de citer tous les films cultes, il y en aurait pour un très long moment, alors n'hésitez pas à partager vos films d'horreur préférés dans les commentaires afin de compléter cette liste.

redacteur vignetteAmaury M. / Clint008
Rédacteur - Testeur
Explorateur de musiques plus ou moins bruyantes, collectionneur de casquettes et vinyles, vénérateur de Blade Runner et Deus Ex. J'aime les zombies et Cthulhu.
Me suivre : Youtube GamergenTwitter GamergenInstagram Gamergen

Commenter 8 commentaires

Avatar de l’utilisateur
Amaury M.
Sirdek1 Wrote:Bienvenue sur "AmazonGen"... :lol:


Toujours un plaisir de se péter le c*l pour vous écrire de longs dossiers et lire ce genre de commentaires. T'as payé pour lire le dossier ? Non. Tu crois que je paye comment mon loyer et ma bouffe à la fin du mois moi ?
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
laoris
Arrrf j'étais content en voyant le le titre du dossier, mais au final 80% de super vieux film dont le système de peur fonctionne bien plus mal aujourd’hui. Je critique pas gratuitement, il est cool ce dossier et l'idée de l'avoir fait mais y a trop de vieux film qui passe très mal en 2020. On rit parfois au lieu d'avoir peur devant certain FX.

Subjectif : Dommage d'avoir fait l'impasse sur conjuring 2 et US ou d'avoir mis le bien plat Midsommar qui au mieux parfois crée un sentiment dérangeant et inconfortable mais en aucun cas fait frissoner (comme écris en titre.) Dans le style le meilleur est et restera The vvitch(et principalement la fin).. Subjectif
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
darkhope69
Le Silence des agneaux ? c'est plus un thriller qu'un film d'horreur.

J'aurais ajouté les films/saga : hostel, rec, la colline a des yeux, The Human Centipede, leviathan (dans le style alien de 1989), saw (plus gore que horreur), halloween, amityville, paranormal activity, vendredi 13, destination final (comme saw plus gore que horreur), dark water (version jap), les clowns tueur venu d'ailleurs (horreur et comique aussi), mimic, la mouche, repo! the genetic opera (film d'horreur musical rock/metal) + tous ceux que j'oublie ou que j'ai pas vu ;)



Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
Martial Duchemin
Pour information, à la base, Amaury a proposé ce dossier sans lien affilié, c'est la rédaction qui lui a imposé pour des raisons... évidentes. Mais ça, les gens, c'est dans tous nos articles depuis plusieurs mois déjà, donc ignorez les liens si ça vous agace et concentrez-vous sur l'essentiel : le sujet.

@Glatze Metzger
Certes, et un avis négatif (sur le sujet de l'article) est toujours le bienvenue quand c'est argumenté. Si c'est juste pour balancer une pique d'un point rédactionnel qui nous permet de survivre à côté des mastodontes, c'est un peu... lourd.
Il a passé du temps dessus, donc oui, il s'attend à des retours constructifs (positifs et négatifs), c'est la moindre des choses. Et quand ça plaît pas, j'invite toujours à passer son chemin. Moi c'est ce que je fais quand il y a une news (ou vidéo sur YouTube) qui m’intéresse pas, je clique pas.

@darkhope69

Oh... Mon... Dieu...
« Les clowns tueur venu d'ailleurs ».
Tu sais... Quand je parle de ce film, j'ai l'impression d'être un extraterrestre dans mon entourage, et l'impression d'être seul au monde xD.
Comme ça fait plaisir de voir quelqu'un placer ce film ici, je me sens moins seul sur Terre T_T.
Signaler Citer