Test Switch
Hyrule Warriors L’Ère du Fléau TEST Vignette Miniature

TEST de Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau, Link fait le lien avec Breath of the Wild

par

Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau : Link, chevalier servant de Zelda, doit encore sauver Hyrule face à Ganon, et c'est un régal pour les fans.

Retour à Hyrule pour les guerriers

Connu pour les Dynasty Warriors, Omega Force a accouché en 2014 du très bon Hyrule Warriors sur Wii U, un beat'em all façon Musou qui reprenait des personnages d'anciens jeux The Legend of Zelda, pour un mélange détonant et plutôt réussi, qui a eu droit à des portages sur 3DS et Switch. Après un Fire Emblem Warriors plus tactique, en adéquation avec la licence, le studio est de retour avec Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau, spécialement développé pour la Switch et qui est censé nous en apprendre un peu plus sur l'univers de The Legend of Zelda: Breath of the Wild. Alors, retour gagnant pour le chevalier Link ?

Un régal pour les fans en termes d'histoire.

Hyrule Warriors L’Ère du Fléau TEST ScénarioThe Legend of Zelda: Breath of the Wild a beau avoir séduit de nombreux joueurs sur Switch, son scénario reste assez obscure. Link se réveillait après une sieste de 100 ans, découvrant un royaume d'Hyrule dévasté, ravagé par Le Fléau Ganon et occupé par de nombreux monstres. Que s'est-il passé ? Eh bien, Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau est là pour nous l'apprendre, alors qu'une cinématique d'introduction nous montre un petit gardien revenir 100 ans dans le passé pour prévenir le roi Rhoam Bosphoramus Hyrule du danger qui menace son royaume et sa fille Zelda. La princesse, à l'aube de son 17e anniversaire, doit en effet découvrir ses pouvoirs et sauver Hyrule, mais avant cela, elle part aux quatre coins du royaume afin de demander de l'aide aux peuples Gerudo, Goron, Zora et Piaf, qui ont à leur disposition d'énormes créatures divines capables de repousser les monstres qui envahissent le royaume. Sans entrer dans les détails, et même si le scénario reste assez prévisible, car se déroulant avec The Legend of Zelda: Breath of the Wild, Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau est un régal pour les fans en termes d'histoire, qui en apprennent toujours plus sur ce royaume d'Hyrule si atypique et attrayant, de nombreux personnages du jeu en open world font ici leur apparition dans ce beat'em all, de manière très classe et justifiée, le jeu ne tombe jamais dans le fan service à outrance, mais est bien là pour étoffer un univers riche, avec l'accent mis sur les Prodiges, mais aussi les Gardiens, Le Fléau ou encore les tours Sheikah.

Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau bénéficie pour cela de cinématiques animées, dans le même style que The Legend of Zelda: Breath of the Wild, le rendu est magnifique, le style du jeu de Nintendo est bien présent ici, avec un doublage intégral en français de qualité (sauf pour Link, éternellement muet) et une bande originale qui reprend évidemment les thèmes musicaux du jeu en monde ouvert pour légèrement les adapter à cette nouvelle production. Une réussite visuelle et sonore qui se fait cependant discrète, une partie du scénario se fait via un simple texte narré par Zelda pendant les temps de chargement au début des missions principales, avoir plus de cinématiques animées aurait été appréciables, mais ne boudons pas notre plaisir, il y a déjà de quoi se régaler et il est même possible de les revoir dans une galerie, avec les musiques de la bande originale.

Et ça tape, encore et encore

Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau est donc un Musou, un sous-genre du beat'em all qui permet d'affronter des dizaines d'ennemis en même temps. Le titre reste donc fidèle au genre, Link et ses compagnons sont ici propulsés sur de grandes cartes remplies d'adversaires, souvent à découper en quelques coups, mais des ennemis un peu plus imposants (avec une barre de vie) font de temps en temps leur apparition pour empêcher l'avancée de la mission.

Un gameplay vraiment fun.

Hyrule Warriors L’Ère du Fléau TEST CombatSi, la plupart du temps, il suffit de marteler le bouton d'attaque faible pour avance, contre de petits boss, il faut un peu plus de jugeote (et activer le verrouillage avec une touche), car le titre propose un système de combo avec un second bouton d'attaque pour les coups puissants et une gâchette pour les attaques spéciales, au joueur de connaître les combinaisons en fonction des personnages jouables pour faire des combos dévastateurs. Rajoutez à cela les pouvoirs de la tablette Sheikah de The Legend of Zelda: Breath of the Wild (Bombe à distance, Cinetis, Cryonis et Polaris) pour contrer des attaques ennemies, et ainsi directement attaquer une barre de résistance qui permet d'éliminer de gros monstres en un coup impressionnant, et le gameplay en devient encore plus fun, du moins avec certains personnages, et certaines armes. Link, grand héros du jeu (malgré sa petite taille, il faut le dire), peut ainsi s'équiper d'une épée simple avec un bouclier, pour une prise en main immédiate, les coups sortent tout seuls, les attaques sont impressionnantes et les ennemis mordent rapidement la poussière. Avec une épée longue, il faut davantage se concentrer sur les combos pour être efficace, et d'autres armes sont parfois oubliées par les joueurs voulant un gameplay fun et immédiat, la fluidité demandant ici de connaître le bon timing et les bons combos pour faire des dégâts majeurs sur le champ de bataille. Nous n'allons pas ici vous parler des autres personnages, ce serait du spoil pour la plupart, mais certains d'entre eux ne sont pas aussi amusants à contrôler, tandis que d'autres sont à l'image de l'épée longue, assez compliqués (tout est relatif) à prendre en main, mais terriblement puissants une fois les combos mémorisés.

Le déroulé des missions change évidemment presque à chaque fois, Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau étant un jeu très scénarisé, mais dans les faits, le joueur est lâché sur la carte, avec généralement de grandes étendues chaotiques remplies de monstres, ou des niveaux avec des couloirs reliant de petites zones ouvertes, souvent des avant-postes qu'il faut libérer en éliminant les ennemis et un petit boss. Lorsque plusieurs objectifs sont à accomplir en même temps, un peu de stratégie s'impose, le joueur peut en effet être accompagné d'un, deux ou trois équipiers pendant la mission et leur donner des ordres via la carte, se résumant à « va là, et soit sage ». Car l'intelligence artificielle des alliés est vraiment aux fraises et inutile, un coéquipier peut rester plusieurs minutes aux côtés d'un boss pendant que le joueur en affronte un autre, et lorsqu'il en prend le contrôle, la barre de vie de l'ennemi n'a quasiment pas bronché. Heureusement, il y a un multijoueur local permettant à deux joueurs de participer à toutes les missions en écran scindé afin de compenser ce problème, un mode très fun, mais techniquement imparfait, nous y reviendrons. Une IA passive encore plus flagrante lorsque les alliés sont aux côtés du joueur, ils avancent à tâtons, lancent bien quelques attaques visibles à l'écran, mais le résultat ne se fait pas du tout sentir sur le champ de bataille. Au moins, ils permettent de ne pas perdre de temps à traverser tout le niveau pour rejoindre un boss, un simple changement de personnage permet de poursuivre l'action. Et au final, les missions sont assez éprouvantes, elles durent une bonne demie-heure et l'action est ininterrompue, le joueur prend du plaisir, mais la répétitivité se fait vite ressentir, difficile d'enchaîner les missions principales encore et encore, ce qui reste logique pour un Musou cela dit, et heureusement, il y a pas mal de choses à faire à côté.

Un Royaume vaste et riche

Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau ne se limite pas aux missions classiques, et tant mieux, il y a pas mal de choses à faire à Hyrule pour casser la monotonie, même si cela se résume à frapper des monstres essentiellement.

Il y a de quoi faire dans ce beat'em all.

Hyrule Warriors L’Ère du Fléau TEST ContenuD'abord, au cours de la campagne, le joueur sera amené à piloter les créatures divines des Prodiges, des séquences fort sympathiques, qui utilisent le gyroscope de la Switch pour aider à la visée et qui sont un vrai défouloir tant ces choses sont puissantes. Mais surtout, le joueur débloque au fil du jeu tout un tas de missions secondaires, à faire avec n'importe quel personnage ou des héros précis, demandant de tuer un certain nombre de monstres, battre rapidement des boss ou escorter des soldats du Royaume, et donc de taper sur des ennemis, encore et encore. Cela permet de se familiariser avec certains héros, mais aussi de débloquer des ressources, que ce soit des armes, des rubis ou des provisions. Et c'est là que le titre change de forme.

Le joueur passe en effet pas mal de temps, mais jamais de manière rébarbative, sur la carte pour améliorer ses armes en les fusionnant avec d'autres, permettant d'augmenter leur puissance, mais également de profiter de nouvelles capacités passives, pouvant améliorer les dégâts, la portée, la résistance ou l'efficacité des combos par exemple. Des options accessibles via un forgeron d'Hyrule très complète, permettant de forger les meilleures armes du royaume, adaptées à son style de jeu. Il est également possible de changer la tenue de Link, avec des casques, pantalons et armures, mais comme l'environnement n'influe pas trop sur le jeu, c'est surtout esthétique, même si certaines tenues améliorent les dégâts ou la résistance générale. Et c'est loin d'être terminé, car le joueur débloque également des provisions, comme du poisson et des champignons, afin de cuisiner de bons petits plats qui seront là pour améliorer les statistiques (vitesse, résistance, dégâts, etc.) des héros avant une bataille, à condition de connaître la recette et d'avoir tous les ingrédients en poche évidemment. Un système repris de The Legend of Zelda: Breath of the Wild, qui était déjà très apprécié des joueurs et qui permet de retrouver des mets cultes et même les bruitages sonores du jeu de Nintendo. Comme si cela ne suffisait pas, le joueur peut améliorer le niveau des héros rapidement en dépensant quelques rubis, mais aussi augmenter leur nombre de cœurs ou débloquer des combos, en utilisant des provisions et quelques ressources cette fois. Des éléments qui se gagnent à chaque mission principale ou secondaire terminée, le joueur est rarement en manque au fil du jeu, mais si jamais cela doit arriver, il est possible de rejouer toutes les missions pour en débloquer davantage. À la fin de la campagne, la carte d'Hyrule devient un joyeux bazar pour afficher tout cela, le menu propose heureusement des raccourcis pour retrouver les boutiques et missions plus facilement. Car même après une bonne vingtaine d'heures de jeu et la campagne pliée, il y a de quoi faire dans ce beat'em all.

Enfin, un petit mot sur la partie technique de Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau, non pas développé pour rappel par Nintendo, mais par Omega Forces, qui nous a sorti Fire Emblem Warriors il y a trois ans. Eh bien, le constat n'est pas tout à fait le même. Sur une télévision avec la Switch branchée sur son dock, le jeu arbore quand même un aliasing visible, mais rien de bien méchant, même s'il faut signaler de légers ralentissements à de rares moments, lorsque les ennemis sont vraiment très nombreux, dans de grandes zones avec des explosions toutes les deux secondes. Un résultat un peu plus imparfait en multijoueur avec l'écran scindé, où là, les ralentissements sont plus nombreux et prononcés, ce qui entache pas mal l'expérience de jeu. Sinon, le titre n'a aucun mal à afficher les paquets de monstres et l'univers coloré d'Hyrule introduit dans The Legend of Zelda: Breath of the Wild est vraiment magnifique. En mode Portable, c'est un régal pour la rétine, l'aliasing disparaît, le jeu est toujours aussi fluide et le gameplay s'adapte très bien aux Joy-Con, la différence de prise en main avec une manette Pro est invisible, il faut dire que la croix directionnelle ne sert qu'à changer de héros, donc assez rarement. Notons enfin une interface assez épurée, par rapport à Fire Emblem Warriors du moins, les informations essentielles (barres de santé, mini-carte avec l'objectif) sont rapidement visibles, même sur le petit écran de la Switch.

Hyrule Warriors L’Ère du Fléau TEST Indispensable

Quelle belle surprise que cet Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau ! Après un premier volet qui nous balançait tous les personnages de l'univers The Legend of Zelda à la figure en oubliant de proposer un scénario vraiment intéressant, ce nouvel opus change totalement son fusil d'épaule et s'adresse aux fans de Breath of the Wild en levant le voile sur tout un tas d'interrogations laissées en suspens dans la dernière aventure de Link. Les joueurs retrouvent des têtes déjà connues, mais pas seulement, le scénario est un plaisir à suivre, les cinématiques sont magnifiques (surtout en mode Portable) et le jeu sait être fun, sans oublier d'apporter un peu de technique avec les combos. Le contenu est énorme et la rejouabilité est au rendez-vous si vous n'êtes pas contre la répétitivité (inévitable, c'est un Musou, vous êtes là pour taper des monstres, et c'est tout). Un titre incontournable pour les fans de The Legend of Zelda, mais aussi pour les joueurs qui veulent se lâcher en tranchant tout ce qui bouge le temps d'une mission.

Les plus
  • Un gameplay fun et facile à prendre en main
  • Une certaine profondeur de jeu avec les combos
  • Graphiquement très beau, surtout en mode Portable
  • Le scénario, un régal pour les fans de Breath of the Wild
  • L'importance de passer du temps à cuisiner et forger des armes
  • Un contenu monstre, avec de la rejouabilité
Les moins
  • C'est répétitif, évidemment, c'est un Musou
  • Ça rame un peu en multijoueur sur une TV
  • Un peu d'aliasing avec la Switch sur le dock (pour chipoter)
Notation
Graphisme (Portable)
18
20
Graphisme (TV)
15
20
Bande son
18
20
Jouabilité
17
20
Durée de vie
18
20
Scénario
18
20
Verdict
18
20
redacteur vignetteAmaury M. / Clint008
Rédacteur - Testeur
Explorateur de musiques plus ou moins bruyantes, collectionneur de casquettes et vinyles, vénérateur de Blade Runner et Deus Ex. J'aime les zombies et Cthulhu.
Me suivre : Youtube GamergenTwitter GamergenInstagram Gamergen

Commenter 2 commentaires

Malvik2
Merci pour ce test; de ce que j’en ai vu sur la démo il n’y a pas que l’aliasing tout de même en mode dock sur lequel on peut pinailler: l’image est flou, apparement souvent en dessous du 720p, rien à voir avec l’image propre de BOTW(900p).
Ça n’en fait pas forcément un moins bon jeu pour autant mais attention, ceux qui jouent sur du 65 risque d’être déçus sur la tv
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
krillin_kienzan
Javais pris le premier Hyrule Warriors sur Wii U (qui lui aussi avait eu de bonnes notes) et tout ça pour le lâcher au bout de 4-5h de jeux tellement c’était ennuyeux au possible donc merci pour le test mais je vais passer mon tour cette fois ci.
Signaler Citer