Actualité Films
Kaamelott Premier Volet vignette 21 07 2021

CRITIQUE de Kaamelott - Premier Volet : des premiers pas au cinéma semi-croustillants pour Arthur et sa bande de joyeux lurons

par

Notre souverain-rain-rain est enfin de retour et plus classe que jamais dans son écrin cinématographique.

Rarement un long-métrage français n'aura été aussi attendu que Kaamelott - Premier Volet, et pour cause, puisque tous les fans ayant suivi la série sur M6 lors de sa diffusion d'origine patientent depuis le 31 octobre 2009 pour voir Arthur revenir, ce qui ne nous rajeunit pas. Près de 12 ans ce sont donc écoulés, au cours desquels les multiples rediffusions ont permis de garder contact avec cette réinterprétation des légendes arthuriennes à la mode de chez nous, ou plutôt celle d'Alexandre Astier, et à certains de découvrir cet univers à l'humour bien particulier. C'est donc avec une immense impatience et une certaine appréhension que nous nous sommes rendus en salle pour découvrir cette première pierre d'un édifice se voulant à terme une trilogie. Voici donc nos impressions, garanties sans spoilers.

Necesse esse citationem, ecce latine.

Kaamelott Premier Volet 01 21 07 2021Il n'y a pas que pour le spectateur que le temps a poursuivi son œuvre puisque l'intrigue du film se déroule donc 10 ans après la conclusion du Livre VI, qui avait vu la fuite d'Arthur Pendragon vers Rome à la suite de la prise de pouvoir de Lancelot du Lac sur le Royaume de Logres, alors qu'il était en piteux état après sa tentative de suicide. Depuis, tout est parti en décrépitude sous le règne de cet autrefois valeureux chevalier et de ses opportunistes acolytes, qui se sont payé les services de Saxons afin de capturer les membres d'une Résistance de bras cassés au casting bien connu. Et si certains croient Arthur mort, il n'en est évidemment rien…

Nous n'en dirons pas plus sur le scénario, qui se veut au final assez classique dans sa construction et ses enjeux, avec des alternances de lieux voire d'époque rappelant le découpage télévisuel. Pour autant, il a tout de même réussi à nous surprendre à plusieurs reprises avec des scènes fortes et d'autres plus légères, mêlant habillement le ton désinvolte des premiers Livres avec le côté plus dramaturgique des deux derniers, surtout lorsque Arthur est concerné. Malheureusement, et presque paradoxalement, le format cinéma ne permet pas de s'attarder trop longtemps sur certains passages en raison de sa durée de « seulement » 2 heures, là où la série avait davantage le temps. Le dernier tiers du film passe ainsi un peu vite certaines étapes narratives en les ellipsant, un choix plutôt étonnant tant le rythme est assez maîtrisé autrement. À côté de ça, nous avons droit à une série de flashbacks sur lesquels nous ne dirons rien de plus si ce n'est que leur finalité nous a quelque peu échappée, bien qu'une certaine portée symbolique s'en dégage. Sans doute faudra-t-il avoir l'ensemble de la trilogie pour en saisir tout l'intérêt, voire de multiples visionnages en attendant justement la suite.

Kaamelott Premier Volet 02 21 07 2021Ce qui est sûr, c'est que l'humour absurde de Kaamelott fonctionne toujours aussi bien après toutes ces années. Évidemment, Alexandre Astier a pensé aux fans avec tout un tas de références plus ou moins discrètes, mais sans pour autant recycler les sempiternels « C'est pas faux » et compagnie, nous offrant ainsi bien des répliques cultes en devenir. Un passage en particulier, que nous qualifierons de « sportif », nous a bien fait marrer, du pur génie ! Le duo Karadoc et Perceval nous a évidemment bien régalés, les deux compères n'ayant rien perdu de leur répartie, bien au contraire. S'ils sont au fond toujours aussi stupides, ils dégagent désormais bien plus de charisme. Ils ne sont d'ailleurs pas les seuls dans ce cas. Étrangement, le seul personnage qui nous a laissé un sentiment mitigé n'est autre que Lancelot, tout engoncé dans son armure bien ridicule et dont l'aspect menaçant s'estompe bien vite. En revanche, nous avons à côté de ça l'introduction d'un paquet de nouvelles têtes, certaines plus éphémères que d'autres. Mention spéciale au duo Jehnny Beth et Sting, ainsi qu'à Guillaume Gallienne, dont les personnages crèvent littéralement l'écran.

Si les talents d'acteur sont à prendre en compte, la direction artistique et les costumes sont aussi un facteur non négligeable à cette réussite. Une grande partie du budget a dû passer dans ces tenues parfois extravagantes allant à merveille à leur personnage. Que ce soit le nouveau look d'Arthur, les uniformes de mercenaires saxons évidemment inspirés de ceux des actuels gardes britanniques ou ceux des extravagants Burgondes, en passant par de belles robes, ce fut un régal pour nos mirettes. Ils ajoutent même une touche de théâtralité supplémentaire bienvenue. Le passage du petit au grand écran se ressent clairement, qualitativement parlant, et nul doute que le tournage en 70 mm avec une ALEXA 65 n'est y pas pour rien, avec une colorimétrie et des environnements jusqu'à présent jamais vus dans la licence, pour un dépaysement certain. Toutefois, une scène en particulier nous a un peu sortis du film durant quelques instants en raison de son cadrage, faisant intervenir un combat à l'épée, dommage puisqu'il s'agissait d'un temps fort. Et, non, la CGI ne pose au final aucun souci sur les plans larges, qui sont assez propres. Enfin, difficile de ne pas parler de la bande-son composée par Alexandre Astier, avec des morceaux qui n'auraient aucun mal à concurrencer certains classiques venus d'une galaxie lointaine. Ils accompagnent habilement l'action sans fausse note, une vraie réussite.

Kaamelott Premier Volet bannière 21 07 2021

Au final, le plus gros défaut que nous pourrions reprocher à ce KV1, c'est qu'il nous laisse tout de même sur notre faim avec une certaine frustration, surtout que certaines séquences finales sont là pour amorcer la suite. Espérons que cette dernière ne tarde pas à voir le jour, car nous en redemandons. D'ailleurs, restez jusqu'au bout, car tels les films Marvel, notre bon roi nous offre une courte scène post-générique qui sera totalement hermétique pour les néophytes, tandis que les aficionados comprendront instantanément ce à quoi ils ont affaire. Les attentes étaient immenses et Alexandre Astier a su délivrer une production solide réussissant à trouver l'équilibre entre fan service et renouveau, dans l'ensemble bien maîtrisée. S'il n'est peut-être pas encore le Graal tant espéré, Kaamelott - Premier Volet est en tout cas un film qui fait du bien au cinéma, à la comédie française et à ses spectateurs. Reste à voir s'il saura séduire un public plus large que les fans de la licence, qui pourrait avoir un avis plus nuancé.

Sur une échelle de 1 à 5 : 4 étoiles

La bande-son de Kaamelott - Premier Volet est vendue sur Amazon au prix de 15,99 € au format CD.

redacteur vignetteAlexandre SAMSON (Omega Law)
Responsable Correcteur - Rédacteur
Accro à Assassin's Creed et Destiny, grand amateur de RPG et passionné d'expériences vidéoludiques en général. Lecteur de comics (DC) et de divers mangas (One Piece !). Chimiste de formation et Whovian dans l'âme.
Me suivre : Twitter GamergenInstagram Gamergen

Commenter 4 commentaires