Test PC
Hyper Scape Annonce Ubisoft (6)

PREVIEW de Hyper Scape : Ubisoft veut lui aussi son Battle Royale, mais pourquoi ?

par

Hyper Scape : Non, mais vraiment, pourquoi tenter de tout repomper sur Apex Legends pour proposer un énième titre de ce genre ?

PlayerUnknown's Battlegrounds (PUBG), Fortnite, Apex Legends, voilà trois jeux de Battle Royale qui ont leurs propres styles, que ce soit le réalisme, le cartoonesque avec des constructions ou le gameplay ultra nerveux. Trois titres, c'est largement suffisant, et pourtant, Ubisoft veut lui aussi sa part du gâteau dans l'univers des jeux de Battle Royale, il a donc travaillé sur une nouvelle licence, Hyper Scape, que nous avons eu la chance de pouvoir découvrir tout une après-midi. Enfin, « la chance », pas vraiment...

Vous prenez Apex Legends, et vous avez Hyper Scape.

Hyper Scape Annonce Ubisoft (4)Hyper Scape est donc une nouvelle franchise, et c'est encore un Battle Royale. Le titre d'Ubisoft prend place en 2054, un futur pas si lointain où les gens voulant s'évader de la réalité utilise l'Hyper Scape, une technologie similaire à Internet permettant de vivre un tas d'expériences virtuelles, dont un jeu de Battle Royale compétitif et nerveux. Les joueurs y incarnent des Champions, des personnages pour l'instant pas bien charismatiques, mais que les développeurs veulent faire évoluer au fil des saisons, avec leur propre histoire pour agrémenter le lore. Pour l'instant, c'est Homme lambda n°1 et Femme lambda n°2, 10 personnages sont jouables, mais aucun ne sort du lot, il faut dire qu'ils n'ont pour le moment que des noms et une fiche de présentation qui tient sur trois lignes.

Une fois le personnage sélectionné (il est possible de changer par la suite), le joueur débarque dans un hub faussement futuriste, qui nous rappelle d'ailleurs Atomega, autre jeu d'Ubisoft qui a fait un four. Ici, le joueur peut essayer les armes et les hacks (nous y reviendrons), personnaliser son Champion et son équipement avec des skins et des emotes, rejoindre ses amis dans une escouade, et évidemment de lancer une partie. Lors de cette session de test, seul le mode Ruée vers la couronne était jouable, qui nous plonge sur une carte avec une escouade de trois joueurs afin d'affronter jusqu'à 96 autres participants.

Eh oui, ça vous rappelle un certain jeu édité par EA Games et développé par Respawn ? C'est normal, car des points communs avec Apex Legends, Hyper Scape en a des tonnes. Le titre nous balance donc sur une grande carte via une capsule, les joueurs peuvent sélectionner sur la carte ou via un système de ping l'endroit où ils veulent atterrir avec leurs amis, puis commence la rébarbative phase de loot, où le but est de fouiller un maximum d'endroits rapidement afin de trouver des armes et des hacks avant le premier affrontement. Des armes, il y en a neuf pour le moment, c'est du classique, avec du fusil d'assaut, à pompe ou à lunette, un pistolet simple, un revolver lourd et quelques armes destructrices comme un canon à plasma ou un lance-grenade. Les hacks, ce sont des pouvoirs, leur joueur peut en transporter deux à la fois (comme les armes), ils offrent des bonus offensifs, défensifs ou de mouvement, pas vraiment utile lors de duels, mais lorsque les affrontements sont faits en équipe avec de la tactique, il peut y avoir un petit avantage grâce à ces hacks.

Du côté du gameplay, vous prenez Apex Legends, et vous avez Hyper Scape. Jeu de tir à la première personne plutôt dynamique, le titre d'Ubisoft propose des glissades, une visée rapide et un feeling des armes très proches du jeu de Respawn, ce qui n'est pas une mauvaise chose, mais la ressemblance est tout de même troublante. Sauf que les armes ne font ici vraiment pas beaucoup de dégâts, il faut un chargeur entier de fusil d'assaut dans la tête pour abattre un ennemi, et à moins d'être littéralement collé à l'adversaire, oubliez le fusil à pompe. Bon, il y a quand même de l'originalité, notamment un système de double saut et surtout un level design très vertical, nous emmenant souvent dans des immeubles sur plusieurs étages, mais terriblement vides. Imaginez des murs et sols de couleur unie, avec seulement du loot dans les couloirs, c'est d'une tristesse... La direction artistique de la carte n'est quand même pas à jeter, les développeurs ont créé des quartiers mélangeant l'architecture européenne et des éléments futuristes, l'extérieur des bâtiments est vraiment sympathique à l'œil et quelques détails font mouche, comme les rails de tramways aériens. Toujours dans cette optique de verticalité, les ruelles ont de nombreux bumpers, permettant de s'élever très haut dans les airs pour atteindre rapidement le toit d'un bâtiment par exemple, ce qui donne lieu à des affrontements qui peuvent survenir de n'importe où et n'importe quand, mais qui sont rapidement très chaotiques, entre les hacks, les doubles sauts et les bumpers. Autre petit point plutôt innovant, lorsqu'un joueur meurt, il reste sur la carte sous la forme d'un écho, lui permettant de communiquer avec ses alliés encore en vie et pinger des éléments intéressants. Pour revivre, ce n'est pas sorcier, il faut trouver le cadavre d'un ennemi, pas forcément tué par l'escouade. Ces derniers laissent en effet des balises où les coéquipiers peuvent ramener à la vie le joueur tombé plus tôt au combat, à condition que le joueur en question se tienne à cet endroit.

Hyper Scape Annonce Ubisoft (9)Pour le reste, c'est du Battle Royale. Si les trois joueurs de l'escouade sont morts, c'est la fin de la partie, et petit à petit, la carte se réduit pour concentrer le combat. Dans Hyper Scape, pas de zone bleue, mais un système de quartiers (neuf au total), qui se ferment au fil de la partie, et si les joueurs restent là, ils subissent des dégâts. En fin de partie, lorsqu'il ne reste plus qu'un quartier, les joueurs encore en vie peuvent se livrer à un combat à mort classique, où récupérer une couronne sur la carte. Une fois cela fait, il faut survivre pendant de très longues secondes, et tous les autres joueurs voient l'emplacement du joueur capturant la couronne sur leur carte, un défi très risqué.

Bien évidemment, Hyper Scape aura droit à son inévitable Battle Pass, qui changera chaque saison et qui permettra de débloquer des éléments cosmétiques, c'est du vu et revenu dans les jeux du genre, et pas seulement. Mais Ubisoft a eu une idée, celle de mettre en avant son jeu sur Twitch grâce à trois fonctionnalités. La première permet au chat de voter pour des évènements, modifiant légèrement le gameplay pendant quelques minutes (en rajoutant un troisième saut par exemple), la seconde propose de rejoindre un streameur dans son escouade en cliquant sur un simple bouton, tandis que la dernière permet de faire avancer son Battle Pass simplement en regardant des streameurs jouer à Hyper Scape. Des fonctionnalités qui n'apportent vraiment rien au jeu, mais qui feront sans doute plaisir aux vidéastes sur Twitch pour fidéliser leur communauté. S'ils décident de jouer longtemps à Hyper Scape après sa sortie.

Nos premières impressions : Ça sent le roussi !

Preview Premieres Impressions Apercu Jauge Avis Zoom images ban (4)

La présentation et cette session de test d'Hyper Scape ne nous ont pas vraiment séduits. Difficile de voir le potentiel du jeu alors que le marché du Battle Royale est saturé, et qu'Apex Legends, qui ressemble en de nombreux points au titre d'Ubisoft, cartonne encore très bien aujourd'hui. Alors oui, le studio veut sans doute sa part du gâteau, il y a quelques idées intéressantes comme le level design vertical et le système de réanimation original, mais Hyper Scape n'apporte vraiment pas grand-chose au genre, difficile à l'heure actuelle de voir un quelconque potentiel sur la durée. Ubisoft veut faire évoluer son jeu et ses Champions au fil des saisons, c'est bien, mais pour le moment, nous n'avons vraiment pas envie de retourner dans l'Hyper Scape.

Hyper Scape sera notamment jouable sur PC via Uplay, vous pouvez acheter un pack avec une tour, un écran, un clavier et une souris pour 739 € sur Amazon.fr.

redacteur vignetteAmaury M. / Clint008
Rédacteur - Testeur
Explorateur de musiques plus ou moins bruyantes, collectionneur de casquettes et vénérateur de Blade Runner. J'aime les zombies et Cthulhu.
Me suivre : Youtube GamergenTwitter GamergenInstagram Gamergen

Commenter 3 commentaires

Doomed91
Mdr ça disait pas la même chose quand warzone (qui ne figure pas dans l'article bizarrement) est sorti.
Au final il y a du monde qui y joue (merci mw et la force de la franchise call of duty) mais bon...
Je me disais pareil quand blackout de bo4 est sorti au final j'y ai plein de top 1.
on ne peut pas en vouloir a ubi de taper dans le cake pourquoi activision aurait carte blanche, mais pas ubi ?
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
crazymehdi
c est pas faux je suis méchant avec eux ,mais bon que veux tu les BR ca sature mon cerveau et Ubi c'est un studio que je veux aimer mais ce n est pas tout le temps réciproque car ils arrivent toujours a perdre le peu de confiance que je leur donne du coup je m'attend souvent au crash, comme ca si c est bon je suis agréablement surpris et si c est Naze j'aurais raison , c est un win-win :lol:
Ubi pour moi c est un peu comme un gamin qui adore mettre ses doigts dans une prise comme ses potes car il pense que c'est cool, il fait de la merde ,tu le sermonne, il te promet que la prochaine fois il fera de son mieux mais continuera de mettre ses doigts dans la prise même après avoir perdu ses bras :lol:
Signaler Citer