Actualité
gunstocks

Gunstock : comment choisir sa réplique d'arme pour jouer en VR avec plus de réalisme et précision ?

par

Cet article a pour but de vous expliquer ce que sont les gunstocks en réalité virtuelle et de vous guider si vous souhaitez vous équiper.

Un gunstock est une réplique d’arme à feu utilisée en réalité virtuelle pour améliorer la stabilité des mains en permettant ainsi une bien meilleure visée et une immersion supplémentaire avec une sensation physique et de poids plus réaliste. Dans les faits, il nous pousse à agir en jeu de façon différente. Sans nuire au gameplay, il le rend plus réfléchi et intéressant. Nous sommes plongés dans le combat à un degré d'immersion supplémentaire. Tout comme conduire à l'aide d'un volant sur un jeu de simulation de course automobile, jouer avec une réplique d'arme nous oblige à adopter des mimiques différentes, très proches d'une manipulation réelle, car l'objet que nous manipulons virtuellement est tangible.

gunstock vignette

Les gunstocks sont composés d'un corps avec des excroissances aimantées sur lesquelles les contrôleurs VR viennent se fixer. Ces derniers sont attachés à des supports ou arceaux comprenant eux aussi un aimant. Le principe est donc simple. Chaque main tenant un contrôleur vient par aimantation s'accrocher au corps de l'arme et peut être désolidarisée à la volée pour recharger ou lancer une grenade, par exemple. Les deux contrôleurs peuvent aussi être libérés (si vous possédez une sangle) afin de pouvoir utiliser les deux mains pour grimper ou boxer votre ennemi. Les aimants sont puissants et permettent la bonne prise en mains de la réplique, quand bien même elle n'est tenue qu'à un seul endroit.

Une meilleure immersion dans les jeux de tir

L'utilisation d'une réplique offre beaucoup de plaisir en jeu, mais surtout de nouvelles possibilités en nous poussant à jouer intelligemment. Le poids du gunstock et l'inertie induite offrent un tout autre réalisme et nous impliquent physiquement. Les mains ne brassent plus du vide et nos muscles sont mis à contribution. Jouer au soldat d’élite ou au sniper nous contraint à tirer avec parcimonie et non plus sur tout ce qui bouge de façon irréaliste, car nos gestes sont plus lents, mais plus précis. Les phases de rechargement sont plus longues, nous rechargeons donc uniquement si c'est nécessaire. Les gunstocks apportent donc une dimension plus tactique et réelle. Les scores sont meilleurs, car les mains ne tremblent plus. La visée est beaucoup plus stable et précise. Couplées à des accessoires permettant un retour haptique tels que les vestes, les caissons et crosses haptiques, les parties prennent une tout autre dimension.

Habituer son corps à la réalité virtuelle n'est pas simple. Il a besoin d'appréhender cette nouvelle réalité, la manipulation des contrôleurs et de l'univers. C'est la même chose avec un gunstock. Nous passons systématiquement par une phase d'apprentissage, parfois même rebutante, car tenir une arme physiquement dans un monde virtuel n'est pas naturel. Rassurez-vous, ce n'est que passager et une bonne heure passée en compagnie de la réplique vous fera oublier vos débuts hasardeux.

Une fois le casque de réalité virtuelle sur la tête, c'est en quelque sorte le noir total. Il est donc nécessaire d'appréhender la tenue de l'arme avec les deux mains, car à chaque rechargement nous devons savoir retrouver le canon. Il n'y a pas de secret, c'est en pratiquant que les choses viennent d'elles-mêmes. C'est la gymnastique cérébrale la plus compliquée, nous pouvons tenir physiquement le gunstock alors même qu'en réalité virtuelle ce n'est pas le cas. L'inverse est aussi possible, c'est-à-dire tenir virtuellement l'arme sans tenir physiquement la réplique. Cela arrive lorsque nous attrapons une arme dans le holster, car il faut l'attraper dans les deux mondes. Ce phénomène se produit aussi lorsqu'elle tombe de vos mains en réalité virtuelle. C'est déroutant, tout du moins au début.

Chaque arme se tient et se recharge d'une façon plus ou moins différente. Les mains peuvent être très écartées dans le monde virtuel, en tenant un fusil de sniper par exemple ou au contraire vraiment rapprochées. Pour autant, le gunstock ne s'adapte pas dynamiquement.

Lire aussi : TEST Ultimate VR Gun de 3D Horizons : l'accessoire absolu pour jouer à un jeu de guerre en réalité virtuelle ?

Différents modèles disponibles selon vos envies

Nous trouvons actuellement plusieurs références sur le marché, mais bien que leur finalité première soit la même, il n'en reste pas moins que chaque modèle s'attaque à un marché bien défini.

Les gunstocks « monoblocs et universels » sont, pour la plupart, imprimés à l'aide d'imprimantes 3D et chacun peut, s'il le souhaite, fabriquer son propre modèle à l'aide de fichiers partagés sur le Net ou bien l'acheter sur des boutiques en ligne dédiées. Les plus connus aujourd'hui sont le Sanlaki et l'Ultimate VR Gun. Ils sont composés de peu de pièces qui, une fois assemblées, n'ont pas vocation à être démontées. Les répliques reprennent, en général, le look caréné d'un fusil d'assaut qui en font un objet décoratif une fois le casque mis de côté. Ces modèles proposent une prise en main adaptée à la majorité des armes à deux mains. Ils offrent pour la plupart la possibilité, en jeu, de faire glisser le contrôleur le long du canon aimanté afin de régler plus finement l'écart entre les mains suivant l'arme tenue. De ce fait, leur praticité permet de jouer à la totalité des jeux de shoot en réalité virtuelle, et ce, de façon très simple et naturelle, la tenue de l'arme étant fidèle à la réalité. La sensation de tenir une véritable arme est saisissante.

gunstock monobloc

Les gunstocks dit « tubulaires et modulaires » sont composés d'un ensemble de tubes (en plastique, métal ou fibre de carbone) et de charnières amovibles permettant de les articuler dans tous les sens. De ce fait, il est possible de donner au gunstock la forme souhaitée pour l'adapter à n'importe quelles morphologies, mais aussi de régler la prise en main pour chaque type d'arme en jouant sur l'écartement des contrôleurs, leur inclinaison, celle de la crosse, etc. Cependant, ces réglages ne se font pas en jeu. Trouver LE réglage universel n'est pas aisé. Par leur philosophie, ils sont prédestinés à l'eSport sur des jeux compétitifs comme ContractorOnward ou Pavlov. Dans ce type de jeu par escouades, le joueur est amené à jouer un rôle ou une classe de personnage et de manipuler un certain type d'arme, si ce n'est toujours la même. Il est alors primordial d'avoir la meilleure prise en main possible et donc un gunstock monté spécifiquement. Ces répliques s'adaptent aussi généralement à la plupart des contrôleurs de réalité virtuelle et s'ouvrent donc à la majorité des casques. Cependant, leur look ainsi que leur manipulation paraissent moins fidèles à la réalité. La partie tubulaire est en général positionnée sous les contrôleurs. Ils sont plus légers que les monoblocs et forcément moins esthétiques, mais c'est pour être manipulables en toute circonstance. Parmi ces gunstocks nous retrouvons le MagTube, le Mamut Apto ou encore le Glistco Magni Stock.

gunstock tubulaire

Faites chauffer la carte bleue ou pas ! 

Il est possible de trouver des gunstocks à tous les prix, partant de la fabrication maison à l'aide d'un manche à balai, jusqu'à plus de 500 € pour les versions tubulaires à retour haptique aux multiples options comme le Forcetube. Le choix se fera donc en fonction de votre budget et de vos attentes/besoins. Sachez cependant que certaines équipes eSport officielles plébiscitent certains gunstocks plutôt que d'autres, mais que ce n'est que du marketing, pas forcément un gage de qualité.

Commenter 1 commentaire

ProTubeVR
Merci beaucoup à toute l'équipe pour la mention dans cet article !

Concernant la mention finale de l'article "Sachez cependant que certaines équipes eSport officielles plébiscitent certains gunstocks plutôt que d'autres, mais que ce n'est que du marketing, pas forcément un gage de qualité."

Je ne sais pas pour les autres, mais dans notre cas (ProTubeVR), nous avons choisi dès le début de soutenir uniquement les events/leagues (partenariat VR Master League) plutôt que les joueurs/équipes directement.
Le but est évidemment de laisser les joueurs libres du materiel utilisé car il n'est rien de pire que de 'forcer' l'utilisation d'un périphérique plutôt qu'un autre.
Signaler Citer