Actualité PS4
The Last of Us Part II image (7)

The Last of Us Part II : Naughty Dog et la culture du crunch, une enquête accablante

par
Source: Kotaku

Plusieurs développeurs parlent des conditions de travail difficiles au sein du studio, actuellement en plein crunch.

Dans le milieu du jeu vidéo, le crunch est une pratique malheureusement trop courante, obligeant les développeurs à travailler d'arrache-pied jours et nuits avant le lancement d'un titre. Des studios ont déjà été épinglés à ce sujet, que ce soit Rockstar ou CD Projekt, ces derniers se justifiant toujours par la volonté de proposer un jeu de qualité aux joueurs. Alors oui, Red Dead Redemption 2 était « grandiose », et si The Last of Us Part II est au moins aussi bon que le premier volet, il le sera aussi. Mais chez Naughty Dog, tout n'est actuellement pas rose, comme l'a démontré une enquête de Kotaku.

The Last of Us Part II image (7)

The Art of the Last of Us Part II

36,85 € sur Amazon* * Prix initial de vente : 36,85€.

Tout est parti d'un incident survenu le mois dernier, alors qu'une équipe de construction a malencontreusement fait tomber un énorme tuyau sur des bureaux, à 21h00 un vendredi soir. Le problème, c'est qu'il y avait encore des employés dans ces bureaux, et même si aucun n'a été blessé, ce fut la goutte d'eau qui a fait déborder le vase, en pointant l'environnement dangereux dans lequel ils travaillentThe Last of Us Part II sera sans doute un grand jeu, Naughty Dog étant connu pour repousser la limite du détail, mais à quel prix ? C'est la question que se posent les développeurs, et certains se sont entretenus de manière anonyme avec Jason Schreier.

Ils essaient de prendre soin de vous, de fournir de la nourriture, d'encourager à faire des pauses. Mais pour la plupart, l’implication est la suivante : « Faites le travail à tout prix ».

Ces développeurs soulignent en effet une certaine dualité dans la manière de faire chez Naughty Dog. D'un côté, la vie au studio est agréable, mais en période de crunch, cela signifie faire des journées de 12h et tirer un trait sur sa vie personnelle. Bien évidemment, vient ensuite l'usure, et Kotaku révèle que 14 des 20 créateurs d'Uncharted 4: A Thief's End ont quitté Naughty Dog après la sortie du jeu. Certains vétérans du studio se sont adaptés, mais d'autres évoquent une ambiance intenable.

Cela ne peut pas être quelque chose qui continue encore et encore pour chaque jeu, car cela n'est pas durable. À un certain moment, je me suis rendu compte que je ne pouvais pas continuer à faire ça. Je vieillis. Je ne peux pas rester et travailler toute la nuit.

Naughty Dog a quand même essayé de corriger le tir au début du développement de The Last of Us Part II, avec un planning créé pour éviter le crunch. Mais après la démo dévoilée à l'E3 2018 et les premiers retours, le studio s'est rendu compte que certains points n'allaient pas dans la narration, ne créant pas assez d'empathie pour les personnages. Neil Druckmann et son équipe ont donc décidé de rajouter des choses, à l'instar de la scène de la girafe dans le premier opus qui n'était pas prévue à l'origine. The Last of Us Part II est donc devenu de plus en plus grand, et dès la fin de l'année 2018, le studio était déjà en crunch :

Il faut beaucoup mettre de côté votre charge de travail actuelle pour répondre à ces demandes en temps réel qui se posent sur votre bureau.Faites cette chose que vous n'aviez pas prévue, cette autre chose que vous n'aviez pas prévue non plus, en plus de ce que vous deviez faire.

Comme si cela ne suffisait pas, des problèmes dans le suivi de l'information ont parfois lieu, des artistes travaillant sur une scène pendant dès semaines sans savoir qu'elle a été supprimée en amont, résultant d'une grosse perte de temps, et une chute du moral. Un souci lié à l'absence de producteurs pendant de longues années chez Naughty Dog, le studio ayant pendant longtemps laissé une grande liberté à tous les développeurs, et même s'il y a eu des recrutements pour qu'une personne soit en charge d'un secteur précis, tout n'est pas encore parfaitement coordonné.

C'est un environnement créatif incroyable. Mais tu ne peux pas rentrer chez toi.

The Last of Us Part II 30 10 2017 screenshot (5)

Après les nombreux départs à la suite du développement d'Uncharted 4: A Thief's End, Naughty Dog a donc recruté de nouvelles personnes, mais le studio a un tel degré d'exigence qu'il leur demande un travail aussi pointu que celui des vétérans. Une tâche demandant deux heures à un développeur expérimenté prend trois fois plus de temps pour un nouveau venu, qui ne comprend d'ailleurs pas toujours les exigences des directeurs. Une gestion un peu chaotique qui devrait se reproduire pour le prochain jeu du studio, plusieurs développeurs évoquant déjà leur volonté de quitter Naughty Dog après la sortie de The Last of Us Part II et du contenu additionnel. Car non, le report de la date de sortie du jeu n'a absolument rien changé en interne.

Les gens qui pensent que le report est en quelque sorte pour soulager le stress ou la charge de travail de l'équipe ont tort. La première chose qu'ils voulaient réitérer, c'est que nous ne ralentissons pas le rythme.

Les développeurs l'affirment eux-mêmes, si The Last of Us Part II était sorti en février, son lancement aurait été catastrophique, la faute à de nombreux bugs encore présents à l'époque. Pour le bien des joueurs, les développeurs viennent donc au bureau avec des masques alors qu'ils sont malades ou sautent des repas, restent jusqu'à minuit ou viennent le week-end, mais aussi étonnant que cela puisse paraître, certains membres de Naughty Dog aiment travailler dans ces conditions. Le salaire est bon, les heures supplémentaires ne sont pas payées, mais converties en bonus ou congés, de quoi faire rester les plus passionnés, qui savent qu'au final, le jeu sera une réussite :

Il y a cet accord tacite. Beaucoup de gens sont très fiers de faire le Jeu de l'Année, un jeu de la plus haute qualité, l'œuvre artistique la plus incroyable. Bien que ce soit vrai, je ne sais pas s'ils calculent les sacrifices.

Ils n'ont jamais vu le succès autrement, ils ne croient donc pas qu'il existe un autre moyen d'y parvenir.

Jason Schreier évoque ici un réel « syndrome de Stockholm », mais qui risque de ne pas durer indéfiniment. Un noyau dur existera toujours chez Naughty Dog, mais il est clair que le studio aura vite fait d'user toute l'énergie des jeunes développeurs, qui finiront vite par aller voir ailleurs, dans des entreprises qui ont fait une croix sur le travail intensif. Le crunch est indissociable du jeu vidéo à l'heure actuelle, et même si The Last of Us Part II sera sans aucun doute une réussite, difficile d'oublier les sacrifices faits pour arriver à un tel résultat.


redacteur vignette clint008 Amaury M. (Clint008)
Rédacteur PC - Testeur
Explorateur de musique plus ou moins bruyante, collectionneur de casquettes et vénérateur de Blade Runner. J'aime les zombies et Cthulhu.
Suivre ce rédacteur : Twitter GamgerGen Instagram GamerGen vignette bouton

Commenter 10 commentaires

Malvik2
Quel scoop, l'excellence a toujours entraîné des sacrifices...
Contemplez nos plus beaux monuments, rien qu'en France; pas un n'a été bâti jadis sans d'immenses sacrifices, pas un.
Il en va de même pour un grand album de musique, un grand film, un grand jeu vidéo, oui.
Et il en sera toujours ainsi.
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
VinceSSJ
Malvik2 Wrote:Quel scoop, l'excellence a toujours entraîné des sacrifices...
Contemplez nos plus beaux monuments, rien qu'en France; pas un n'a été bâti jadis sans d'immenses sacrifices, pas un.
Il en va de même pour un grand album de musique, un grand film, un grand jeu vidéo, oui.
Et il en sera toujours ainsi.


En 2020 on devrait être capable de s'organiser et de respecter le bien être des contributeurs à l'excellence. Il faut arrêter de se mettre des œillères et juste se rendre compte que le crunch est un aveu de faiblesse des managers, il y a eu des erreurs de planning/décisions et ça se paye en fin de développement.
En fait Naughty Dog à juste visé plus haut que son trou de balle.
Certains jeux issus de dev indépendants côtoient le domaine de l'excellence sans qu'il y ait eu de tels sacrifices.
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
crazymehdi
c'est quand meme fou le nombre de fanboy cinglé de sony qui défendent le crunch , alors la sur twitter , la trend chez ces andouilles c est de faire des comparaison foireuse TLOU 2 / animal crossing ou comment ''Naughty dog c les meilleur du monde paske ils crachent du sang pour faire des Fil...heu jeux alors que nintendo ils font de la merde supra moche'' :lol: ,2020 est on est toujours au stade ou des personnes n'arrivent pas comprendre l’importance d'une bonne DA ,''si c'est pas photoréaliste c de la merde''
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
Shad Maturi
... Aheum, ce qu'il ne faut pas lire dans la session commentaire :roll:
Bref, tout ça pour dire que d'un coté, la situation est certes terrible pour les développeurs et ne peut en aucun cas être défendue, seulement... Ce genre de cas ne date pas d'hier. Les périodes de Crunch dans le jeu vidéo sont une réalité douloureuse, mais pourtant quotidienne d'une majeure partie des gros studios et de l'industrie vidéoludique en général, que ça soit Ubisoft, Rockstar, Naughty Dog et j'en passe. Je ne dis pas ça pour amoindrir la gravité de la situation chez Naughty Dog, je dis juste ça pour dire "C'est maintenant que vous vous réveillez ?"
La raison pour laquelle cela fait scandale dans le cas de The Last of Us Part II, c'est parce que dans ce cas, il y a une communication autours de ce Crunch time et que par conséquent, des personnes non-initiées à ce genre de pratique ou trop peu informées sur le sujet se sentent outrées comme si c'était une situation surprenante, voire exceptionnelle. Mais la réalité mes enfants, c'est que même chez Nintendo le Crunch Time ça existe et pas qu'un peu par ailleurs. C'est la majeure partie de l'industrie du jeu vidéo qui profite du manque de clarté du statut d'employé dans le domaine du jeu vidéo et des rapports de force au sein des structures pour faire pression sur les développeurs et alimenter cette culture des périodes de Crunch. Alors s'il vous plait, si cette situation vous accable concernant Naughty Dog, ayez au moins la décence d'être tout aussi accablés pour l'ensemble des productions jouant sur cette pratique et évitez les tirs ciblés. Les développeurs vous en remercieront.
Signaler Citer
Lexaeus
Vendrick_II Wrote:Eh bien, ont es pas pret de voir des personnes travailler sur un eventuelle mode multu, et sans un multi Last of us 2 n as aucun interet


Un peu comme ton commentaire quoi...pour rappel TLOU est un jeu solo. Le multi vient enrichir l'expérience certes mais n'a en soi rien de déterminant dans l'intérêt du jeu. Ce qu'il faut pas lire...

Pour en revenir au crunch, je me mets à la place des dev et je compatis. Leur quotidien n'est pas rose bien que le projet sur lequel ils travaillent soit une oeuvre créative d'envergure. L'exigence fait la qualité mais à quel prix...j'espère que ND solutionnera le problème parce qu'à devoir renouveler les équipes à chaque jeu on finira par perdre en qualité et difficile de le cacher au public (exemple : Anthem).
Signaler Citer
Kîmahrî
Vendrick_II Wrote:Eh bien, ont es pas pret de voir des personnes travailler sur un eventuelle mode multu, et sans un multi Last of us 2 n as aucun interet

T est un bon toi t as vraiment rien compris à the last of 2 retourne sur fortnite
Signaler Citer
Fredlacorte
Vendrick_II Wrote:Eh bien, ont es pas pret de voir des personnes travailler sur un eventuelle mode multu, et sans un multi Last of us 2 n as aucun interet


Pour moi le multi dans ce jeu n’a aucun intérêt, mais alors aucun...
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
DplanetHD
Oui ND ne fait pas bien les choses.
Oui c’est une honte de mettre ses employés dans de telles conditions de travail.

Oui hélas l’image du jeu va en pâtir quand on y jouera tout en pensant (quand même) aux conditions assez exécrables dans lesquelles il a été développé…

J’ai vraiment l’impression de vivre une époque où les conditions sociales des salariés sont nettement en régression (exemple avec les Uber-like jobs de plus en plus précaires)…

On ne vit pas qu’une époque formidable (question évolution technologique très intéressante), mais aussi avec beaucoup de secteurs qui voient les conditions sociales (des employés) de plus en plus mises à mal…
Signaler Citer