Actualité
v franklin4 1920x1080

DOSSIER - Questions sur les risques psychologiques générés par l'utilisation de la réalité virtuelle dans les jeux vidéo

par

La réalité virtuelle met les joueurs en totale immersion et supprime la barrière écran-manette au profit d'un gameplay réaliste. Trop peut-être ?

Comme vous le savez, si vous nous suivez régulièrement, nous sommes passionnés par la réalité virtuelle et nous partageons cette passion le plus souvent possible, que ce soit au travers de nos interventions sur les différents salons du jeu ou de pop culture, des dossiers sur le site ou encore via différentes conférences. Depuis mai 2016, via les salons, nous avons pu faire découvrir à des milliers de personnes la réalité virtuelle et participons, à notre niveau, à sa démocratisation.

Pour autant, même si nous aimons le médium et que nous pensons que son avenir est loin d'être compromis - comme nous le lisons parfois dans certains quotidiens généralistes où les journalistes ne savent pas trop de quoi ils parlent -, nous restons très attentifs aux risques inhérents à cette « nouvelle technologie ». De fait, nous avons donc posé une dizaine de questions à nos deux psychologues cliniciens préférés, Jean-Paul Santoro, dont le livre « Le jeu vidéo, un jeu comme les autres ? » est disponible, et Séverine Nemesin qui, entre autres, a donné deux conférences « Le jeu vidéo pour libérer la parole » sous notre bannière à la Cité des Sciences à Paris

Nous avons donc demandé si l'utilisation d'un casque isolant du monde réel ne risque pas de poser des problèmes psychologiques aux plus faibles d'entre nous, ceux qui ne géreraient pas bien la porosité entre les mondes réels et virtuels ? Si la réelle immersion offerte aux joueurs et la disparition de la manette au profit d'un gameplay réaliste ne risquent pas de créer une perte de repère chez certains ? Si l'incarnation d'un personnage en immersion totale, grâce à la réalité virtuelle, n'engendre pas une certaine forme d'addiction ? Si incarner régulièrement un personnage virtuel ne pouvait pas déclencher un changement de personnalité dans la vraie vie ? Et, pour terminer, si l'interdiction des jeux violents en VR n’était pas une nécessité de par le réalisme absolu qui risque d'arriver dans les années qui viennent. 

Nous vous laissons lire leurs réponses dans les deux pages qui suivent et vous pourrez ainsi voir, dans leurs réponses respectives, de nombreux points communs, mais aussi des visions et des approches différentes des mêmes problématiques. Nous vous invitons à bien lire leurs réponses et à participer au débat en apportant votre vision de tout cela via les commentaires de cet article ou notre page Facebook

Commenter 4 commentaires

Avatar de l’utilisateur
Zek
Un jeu comme Grand Theft Auto, ou n’importe quel jeu déconseillé aux moins de 18 ans, peut être nocif pour les plus jeunes. En effet, les scènes violentes et sexuelles réalistes peuvent ne pas être compréhensibles pour l’enfant et faire trauma.

Les scènes violentes et sexuelles réalistes sont (je pense) parfaitement compréhensibles pour la plupart des (jeunes) enfants, ils recherchent cela, ils en sont consommateurs/friands au même titre que les adultes. Par exemple, de mon temps les jeux vidéos n'étaient pas vraiment explicites niveau sexualité (voir même inexistant sur le marché (dans les grandes surfaces, les magazines de JV, ...)) et la violence ' plus subtile ', ce qui n'empêchait pas les jeunes de vouloir voir une (belle) femme de son quartier ou sa voisine nue. Et je ne parle même pas des filles un peu plus âgées qui sans complexes, vous montrez leur poitrine et vous invitez même à toucher sans que vous ayez à le demandé. ;)

Concernant la violence, il suffit de se souvenir de nos jeux de gosse dehors, la guerre ou la chasse à l'homme par exemple. Les jeux +18 pour les enfants ne sont rien de plus que des activités qui d'ordinaire se faisaient déjà dehors bien avant la démocratisation du jeu vidéo. Après est-ce mieux que le jeu vidéo remplace de plus en plus les activités/découvertes en plein air ? Je ne sais pas, il faudrait le demander à des enfants d'aujourd'hui et une fois adulte, leur demander une nouvelle fois, si y'a regret ou non d'être passé à côté de beaucoup de chose durant leur jeunesse.

Mais ça démonte bien une chose, très tôt les enfants s'intéressent à tout cela et savent ce que cela implique. Après, je ne doute pas qu'au cours de votre carrière, vous avez du rencontrer des enfants désorientés ou pire concernant la violence et/ou le sexe, mais ce n'est pas une généralité. Un GTA dans les mains d'un gosse de 12 ans n'est pas plus nocif que tout ce qu'il entend et voit durant sa jeunesse, que ce soit à la télévision ou à la radio et même dehors. Donc la banalisation du sexe et de la violence, ça ne date pas que d'hier et ma foi, beaucoup d'enfants s'y accommodent très bien et n'ont pas de problème plus tard, une fois adulte (ce qui rejoint la suite de votre réponse).

Après ceci n'est que l'avis d'un homme adulte qui se souvient encore ce que c'est qu'être enfant et qui avec les années possède assez de recul pour faire la comparaison entre sa jeunesse et celle des enfants d'aujourd'hui.
Signaler Citer
Imura99
Zek Wrote:
Un jeu comme Grand Theft Auto, ou n’importe quel jeu déconseillé aux moins de 18 ans, peut être nocif pour les plus jeunes. En effet, les scènes violentes et sexuelles réalistes peuvent ne pas être compréhensibles pour l’enfant et faire trauma.

Les scènes violentes et sexuelles réalistes sont (je pense) parfaitement compréhensibles pour la plupart des (jeunes) enfants, ils recherchent cela, ils en sont consommateurs/friands au même titre que les adultes. Par exemple, de mon temps les jeux vidéos n'étaient pas vraiment explicites niveau sexualité (voir même inexistant sur le marché (dans les grandes surfaces, les magazines de JV, ...)) et la violence ' plus subtile ', ce qui n'empêchait pas les jeunes de vouloir voir une (belle) femme de son quartier ou sa voisine nue. Et je ne parle même pas des filles un peu plus âgées qui sans complexes, vous montrez leur poitrine et vous invitez même à toucher sans que vous ayez à le demandé. ;)

Biien parlé Zek

Concernant la violence, il suffit de se souvenir de nos jeux de gosse dehors, la guerre ou la chasse à l'homme par exemple. Les jeux +18 pour les enfants ne sont rien de plus que des activités qui d'ordinaire se faisaient déjà dehors bien avant la démocratisation du jeu vidéo. Après est-ce mieux que le jeu vidéo remplace de plus en plus les activités/découvertes en plein air ? Je ne sais pas, il faudrait le demander à des enfants d'aujourd'hui et une fois adulte, leur demander une nouvelle fois, si y'a regret ou non d'être passé à côté de beaucoup de chose durant leur jeunesse.

Mais ça démonte bien une chose, très tôt les enfants s'intéressent à tout cela et savent ce que cela implique. Après, je ne doute pas qu'au cours de votre carrière, vous avez du rencontrer des enfants désorientés ou pire concernant la violence et/ou le sexe, mais ce n'est pas une généralité. Un GTA dans les mains d'un gosse de 12 ans n'est pas plus nocif que tout ce qu'il entend et voit durant sa jeunesse, que ce soit à la télévision ou à la radio et même dehors. Donc la banalisation du sexe et de la violence, ça ne date pas que d'hier et ma foi, beaucoup d'enfants s'y accommodent très bien et n'ont pas de problème plus tard, une fois adulte (ce qui rejoint la suite de votre réponse).

Après ceci n'est que l'avis d'un homme adulte qui se souvient encore ce que c'est qu'être enfant et qui avec les années possède assez de recul pour faire la comparaison entre sa jeunesse et celle des enfants d'aujourd'hui.


Bien parlé Zek
Signaler Citer
missa27
comme nous le lisons parfois dans certains quotidiens généralistes où les journalistes ne savent pas trop de quoi ils parlent

Et c'est pas les seuls.

Et a quand un GTA en VR??? Parce que là ? Je vois pas ce que gta viens faire dans la question?
sur les risques psychologiques générés par l'utilisation de la réalité virtuelle

De + , je ne connais pas de telle jeux enVR.

Bon!! Le dossier et quand même très intéressant a lire , mais il compare quoi avec quoi la ??

EDIT : Quand je dit (il compare) c'est juste une impression.
Signaler Citer